Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 04:56

 

 

 

 

 

La légèreté, elle est partout, dans l’insolente fraîcheur des pluies d’été, sur les ailes d’un livre abandonné au bas d’un lit, dans la rumeur des cloches d’un monastère à l’heure des offices, une rumeur enfantine et vibrante, dans un prénom mille et mille fois murmuré comme on mâche un brin d'herbe, dans la fée d’une lumière au détour d’un virage sur les routes serpentines du Jura, dans la pauvreté tâtonnante des sonates de Schubert, dans la cérémonie de fermer lentement les volets le soir, dans une fine touche de bleu, bleu pâle, bleu violet, sur les paupières d’un nouveau-né, dans la douceur d’ouvrir une lettre attendue, en différant une seconde l’instant de la lire, dans le bruit des châtaignes explosant au sol et dans la maladresse d’un chien glissant sur un étang gelé, j’arrête là, la légèreté , vous voyez bien, elle est partout donnée. Et si en même temps, elle est rare, d’une rareté incroyable, c’est qu’il nous manque l’art de recevoir, simplement recevoir ce qui nous est partout donné.

 

Christian Bobin

 La folle allure  (extrait)

1995

 

 

 

La-Folle-allure.jpg

La quatrième de couverture :

Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cours, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge.

Christian Bobin

 

 


 

 

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 10:22

 

 

Août mettre l'accent ?

 

 

Certains le délaissent

                                         doute1.jpg

 

 

 

D'autres, à la main, en font un vol de mouette dans le ciel tout bleu

doute2

 

 

 

D'autres l'évitent, ils le chiffrent

doute3.jpg

 

 

 

Ou l'enjambent

doute4.jpg

 

 

 

Certains poètes l'invoquent

doute5.jpg

 

 

 

Et les hésitants bottent en touche...

doute6.jpg

 

 

 

 

... Aussi, s'il arrive ici qu'on bottât en touche,

Nuageneuf n'en restera pas moins et sans hésiter

ouvert tout le mois d'août.

 

 


 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans billets
commenter cet article
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 04:59

 

 

 

 

À Simone

 

 

À la poste d’hier tu télégraphieras

que nous sommes bien morts avec les hirondelles.

Facteur triste facteur un cercueil sous ton bras

va-t’en porter ma lettre aux fleurs à tire d’elle.

 

 

La boussole est en os mon cœur tu t’y fieras.

Quelque tibia marque le pôle et les marelles

pour amputés ont un sinistre aspect d’opéras.

Que pour mon épitaphe un dieu taille ses grêles !

 

 

C’est ce soir que je meurs, ma chère Tombe-Issoire,

Ton regard le plus beau ne fut qu’un accessoire

de la machinerie étrange du bonjour.

 

 

Adieu ! Je vous aimai sans scrupule et sans ruse,

ma Folie-Méricourt, ma silencieuse intruse.

Boussole à flèche torse annonce le retour.

 

 

Robert Desnos 

Les Gorges froides, 1926


Extrait de C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « je me vois » 


Ce sonnet fou, de forme très traditionnelle, laisse entrevoir un sens qui se dérobe toujours. On peut supposer qu’il s’agit d’un jeu très maîtrisé grâce auquel Desnos se joue de tout, à juste raison. Il se joue d’abord du sonnet lui-même : la forme est respectée (alexandrin), les rimes croisées des quatrains ABAB et 13 pieds au vers 7 évidemment bien choisis.

On y voit aussi et surtout une originale parodie des thèmes lyriques traditionnels de la poésie : l’amour malheureux, la douleur de l’amant délaissé, et peut-être du surréalisme lui-même puisqu’il arrive à se glisser dans les habits étroits du sonnet. Toute cette belle rigolade pourrait peut-être expliquer l’expression courante "faire des gorges chaudes"!

 

 

Albert-Marquet.-Nu-Fauve.jpg

      Les gorges froides (?)

 

Toile d'Albert MARQUET

Nu fauve.

Albert MARQUET (1875-1947) était le peintre officiel de la Marine française (!). Mais il avait heureusement d'autres talents de peintre.

 

 

Tamara-de-Lempicka.-Andromede--1929.jpg

 

Les gorges chaudes (?)

Tamara de Lempicka

Andromède, 1929

 

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans DESNOS robert
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 09:33

 

 

 

 

Two-Polish-nuns.jpg

 

 

Photo ©Yasuyoshi Chiba/AFP/Getty Images

 

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans billets
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 04:56

 

 

 

 

Ce qui va et vient 

 

 

 

D'où (lentement) vient ce qui vient ?

D'où émerge ce qui s'élève ?

D'où sort vivement ce qui veut,

ce qui veut être et veut être visible ?


J'assiste je ne sais pas

qui voit qui est vu qui gronde qui se tait

qui demeure qui se disperse

brille par ici s'éteint là-bas

 

Ce qui veut être

est-ce moi qui ne suis plus ?

Ce qui est tenu n'est pas entendu

Ce qui devait venir n'est pas venu

Ce peu de chose n'est rien.

 

Mais l'ombre et la lumière (que je connais bien)

tournent autour l'un de l'autre

formant au regard maints objets pleins

par exemple le silence d'une plante

par exemple le poids d'une pierre

ou un simple mouvement

qui va qui s'éloigne qui revient

pendant que je me tiens debout

 

Quelquefois je marche et ne dis rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans TARDIEU Jean
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 04:52

 

 

 

Une gare de Prague bientôt transformée en mémorial de la Shoah

 

 

Prague – La petite gare de Prague-Bubny, témoin de l’embarquement en 1941-1945 de dizaines de milliers de Juifs tchèques à destination des ghettos et camps de concentration nazis, sera prochainement transformée en un lieu à la mémoire de ceux qui ne sont jamais revenus.

 

shoah-memorial-prague-gare.jpg

 

 

“Il ne s’agira pas d’un musée classique, mais plutôt d’un lieu où un dialogue sur l’Holocauste sera mené et qui abritera aussi un centre d’éducation“, explique le cinéaste Pavel Stingl, initiateur du projet et fondateur de la société à but non lucratif “Mémorial Shoah Prague“.

 

La communauté juive tchèque et des survivants de l’Holocauste réclamaient depuis longtemps un mémorial. “Nous ne sommes maintenant qu’au début du chemin. Si tout va bien, le Mémorial sera inauguré d’ici quatre ans“, ajoute-t-il, devant le bâtiment gris, presque perdu entre dépôts et garages où poussent de mauvaises herbes.

 

Des expositions temporaires seront organisées dans les locaux de Prague-Bubny, avant l’aménagement définitif du site. La première d’entre elles, s’intitulant “Kaddish” (en hébreu: glorification du nom divin, mais aussi une des principales prières juives), a été organisée en juin. Des photos sépia montrant les visages souriants de centaines de juifs tchèques, bien avant qu’ils soient envoyés vers les camps de la mort, couvraient les murs de la gare à cette occasion.

 

 

Sur la façade écaillée de cette gare minuscule toujours en activité, deux petites flèches bleues couvertes de poussière montrent la direction des trains: à gauche le centre de Prague, à droite la ville de Kladno. Mais pendant la guerre, des dizaines de convois avaient pris ici une direction totalement différente: celle des ghettos de Lodz en Pologne et de Terezin au nord de Prague, camps de transit pour des Juifs avant leur déportation vers Auschwitz ou autres camps d’extermination. Au total 45.513 Juifs tchèques, hommes, femmes, vieillards et enfants, passèrent alors par Prague-Bubny pour monter dans les trains maléfiques. Seuls quelques milliers d’entre eux survécurent à la guerre et environ 80.000 Juifs tchèques périrent dans l’Holocauste. “Mon transport a quitté Prague le 28 octobre 1941. J’y étais avec ma mère et ma soeur. J’avais treize ans et on se disait que nous serions de retour dans trois mois car cette guerre stupide ne pourrait pas durer longtemps“, se souvenait Maja Dohnalova, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition “Kaddish“. “Nous étions quelque 5.000 à être déportés par les nazis à Lodz. Et nous n’étions que 276 à retourner dans notre patrie, après la guerre“, a-t-elle dit.

 

 

Mme Dohnalova a avoué ressentir une “profonde émotion” en se rendant de nouveau à cette gare, malgré les sept décennies écoulées depuis sa déportation. Il existe déjà un lieu de mémoire de la Shoah dans la capitale tchèque: la synagogue Pinkas dans l’ancien quartier juif, édifiée en 1535 en style gothique tardif, où les noms des 80.000 victimes tchèques sont inscrits depuis les années 1950. Mais la synagogue, qui fait partie d’un circuit touristique, n’est pas un lieu où la discussion sur le passé et sur le futur peut être mené, selon M. Stingl. “Le nouveau mémorial doit parler le langage d’aujourd’hui et utiliser les moyens appropriés à la société moderne“, estime de son côté Leos Valka, fondateur du centre des arts contemporains DOX, dont les artistes participent à l’animation du site. “Pourquoi un Mémorial de la Shoah à Prague ? Parce que l’immortalité des morts dure tant que les gens se souviennent d’eux“, souligne Marketa Malisova, directrice du Centre Franz Kafka à Prague.

 

 

L’écrivain pragois d’expression allemande, Franz Kafka, mort en 1924, était un des membres de la forte communauté juive sur le territoire de l’actuelle République tchèque, comptant entre les deux guerres mondiales environ 118.000 membres. Ses soeurs Elli, Valli et Ottla passèrent dans les années 1940 par Prague-Bubny et périrent dans les camps nazis. “La nation qui ne connaît pas son histoire est condamnée à la revivre. C’est pourquoi nous sommes favorables à ce projet et avons mis ce bâtiment à la disposition de la société Mémorial Shoah Prague“, indique Ivo Toman, responsable de la Compagnie tchèque des chemins de fer CD.

 

 

Source : AFP via Jerusalem Post

 

 

La-gare-Prague-B.jpeg

La petite gare de Prague-Bubny

Dans cette gare se déroulent régulièrement des expositions temporaires (voir article)

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans SHOAH
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 10:05

dali-femme-a-la-tete-de-fleur-1937-.jpg

 

DALI

Femme à la tête de fleur, 1937             

 

 

 

 

 

À Madame X... en lui envoyant une Pensée

 

Au temps où vous m’aimiez (bien sûr ?)

Vous m’envoyâtes, fraîche éclose,

Une chère petite rose,

Frais emblème, message pur.

 

Elle disait en son langage

Les « serments du premier amour » :

Votre cœur à moi pour toujours

Et toutes les choses d’usage.

 

Trois ans sont passés. Nous voilà !

Mais moi j’ai gardé la mémoire

De votre rose, et c’est ma gloire

De penser encore à cela.

 

Hélas ! si j’ai la souvenance,

Je n’ai plus la fleur, ni le cœur !

Elle est aux quatre vents, la fleur.

Le cœur ? Mais, voici que j’y pense,

 

Fut-il mien jamais ? entre nous ?

Moi, le mien bat toujours le même,

Il est toujours simple. Un emblème

À mon tour. Dites, voulez-vous

 

Que, tout pesé, je vous envoie,

Triste sélam, mais c’est ainsi,

Cette pauvre négresse-ci ?

Elle n’est pas couleur de joie,

 

Mais elle est couleur de mon cœur ;

Je l’ai cueillie à quelque fente

Du pavé captif que j’arpente

En ce lieu de juste douleur.

 

A-t-elle besoin d’autres preuves ?

Acceptez-la pour le plaisir.

J’ai tant fait que de la cueillir,

Et c’est presque une fleur-des-veuves.

 

 

 

 

Paul Verlaine                                                        

Amour, 1873

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans VERLAINE Paul
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 10:00

 

 

 

 

SNOOPY.jpg

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, j'aimerais être là.

 

 

 

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 13:24

dictée

 

 

 

"La dictée de Mérimée"

 

La dictée faisait partie des passe-temps de la cour de l'empereur Napoléon III.

Mythe ou réalité, la dictée attribuée à Mérimée a mis à l'épreuve les souverains ainsi que leurs invités.

 

Napoléon III commit 75 fautes, l'impératrice Eugénie, 62, Alexandre Dumas fils, 24. Seul un étranger, le prince de Metternich, ambassadeur d'Autriche, n'en fit que 3.
Voici le texte de "la fameuse dictée" publiée par Léo Claretie en 1900.

 

 

La fameuse dictée :


Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l'amphitryon, fut un vrai guêpier.

Quelles que soient et quelqu'exiguës qu'aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu'étaient censés avoir données la douairière et le marguillier, il était infâme d'en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis et de leur infliger une raclée alors qu'ils ne songeaient qu'à prendre des rafraîchissements avec leurs coreligionnaires.

Quoi qu'il en soit, c'est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s'est laissé entraîner à prendre un râteau et qu'elle s'est crue obligée de frapper l'exigeant marguillier sur son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés, une dysenterie se déclara, suivie d'une phtisie.

- Par saint Martin, quelle hémorragie, s'écria ce bélître ! À cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l'église tout entière.

 

La dictée du bicentenaire de Mérimée :

 

En septembre 2003, en hommage à Mérimée, Bernard Pivot a créé la dictée de Compiègne du bicentenaire de Mérimée, texte qui est publié dans l'ouvrage de Françoise Maison, La Dictée de Mérimée, Château de Compiègne, Séguier, 2003, 64p.

 

 

La dictée de Bernard Pivot :


NAPOLÉON III : MA DICTÉE D'OUTRE-TOMBE 



Moi, Napoléon III, empereur des Français, je le déclare solennellement aux ayants droit de ma postérité et aux non-voyants de ma légende : mes soixante-quinze fautes à la dictée de Mérimée, c'est du pipeau ! De la désinformation circonstancielle ! De l'esbroufe républicaine ! Une coquecigrue de hugoliens logorrhéiques !
Quels que soient et quelque bizarroïdes qu'aient pu paraître la dictée, ses tournures ambiguës, Saint-Adresse, la douairière, les arrhes versées et le cuisseau de veau, j'étais maître du sujet comme de mes trente-sept millions d'autres. Pourvus d'antisèches par notre très cher Prosper, Eugénie et moi nous nous sommes plu à glisser çà et là quelques fautes. Trop sans doute. Plus que le cynique prince de Metternich, à qui ce fieffé coquin de Mérimée avait probablement passé copie du manuscrit.
 En échange de quoi ?
 D'un cuissot de chevreuil du Tyrol ?

 

 

      Bonne dictée, bonnes vacances !

 

 

 

 

 

Il vous plaira peut-être de retrouver Bernard Pivot, il y a un mois, lors de l'inauguration du premier établissement scolaire portant son nom. Un reportage de FR3.

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 05:00

 

 Louise-de-Vilmorin.jpeg

 

 

Viens

 

 

 

Viens, allons vivre en cachette,

Garde mon cœur sur ta main,

Ayons des amours secrètes :

Ne nous disons jamais rien.

 

 

Donne, donne…

 

 

Louise de Vilmorin

Le Sable du sablier, 1945

 

 

P.Duval-Lecamus.jpg

Pierre DUVAL-LECAMUS

La réponse ; Dame écrivant une lettre

Cherbourg, musée Thomas Henry

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans VILMORIN Louise de
commenter cet article

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages