Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 07:23

 

couverture-Les-animaux-et-leurs-hommes-etc--jpg

illustration : Couverture du recueil LES ANIMAUX ET LEURS HOMMES LES HOMMES ET LEURS ANIMAUX - 1920 -

Poisson

 

Les poissons, les nageurs, les bateaux

Transforment l'eau.

lire la suite clic


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 10:38

 

 

 

 

20110221PHOWWW00119.jpg

...Je ne suis pas seul

 

 

 

Je ne suis pas seul

 

 

 

Chargée

De fruits légers aux lèvres

Parée

De mille fleurs variées

Glorieuse

Dans les bras du soleil

Heureuse

D'un oiseau familier

Ravie

D'une goutte de pluie

Plus belle

Que le ciel du matin

Fidèle

 

 

Je parle d'un jardin

Je rêve

 

 

Mais j'aime justement

 

 

 

 

Paul Eluard

 Médieuses.

 


 

 

Illustration

FLORAISON NUPTIALE.  On croirait un tableau à la fois impressionniste et surréaliste. Car ce ne sont pas des feuilles mortes qui s’accrochent à ce bosquet de hêtres espagnols, mais des millions de pinsons du Nord, tous revêtus de leur livrée nuptiale– orange, noir et blanc – dont les couleurs imitent à la perfection celles des feuillus en automne. Très grégaires lorsqu’ils remontent en février vers leurs zones de nidification scandinaves, ces passereaux étaient ce jour-là près de 2 millions à observer une halte dans les Pyrénées. Mais cela n’a rien d’un record : en 1951, des ornithologues suisses ont eu le bonheur et la stupéfaction d’en décompter 72 millions dans l’une de leurs forêts !  (© Biosphoto/Juan-Carlos Muñoz)

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 05:30

 

 

 

Je t'aime

 

Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues
Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu
Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud
Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
Pour les animaux purs que l’homme n’effraie pas
Je t’aime pour aimer
Je t’aime pour toutes les femmes que je n’aime pas

Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte
Entre autrefois et aujourd’hui
Il y a eu toutes ces morts que j’ai franchies sur de la paille
Je n’ai pas pu percer le mur de mon miroir
Il m’a fallu apprendre mot par mot la vie
Comme on oublie

Je t’aime pour ta sagesse qui n’est pas la mienne
Pour la santé
Je t’aime contre tout ce qui n’est qu’illusion
Pour ce cœur immortel que je ne détiens pas
Tu crois être le doute et tu n’es que raison
Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
Quand je suis sûr de moi.

 

 

Paul Eluard

 Le Phénix, 1951

 

 

 

 

 

 

Brancusi-Le-baiser.jpg 

 

Illustration : Constantin Brâncuşi. Le baiser.

 

 

Constantin Brancusi (1876-1957) est un sculpteur roumain. 


Dans Le baiser 1907, même taille dans la figure, qui s’inscrit dans un cube à la base, et des deux personnages, des deux têtes, des deux yeux se touchant presque de part et d’autre d’une verticale, l’ensemble dessinant un demi-cercle, lui-même inclus dans les bords de la chevelure. Le tracé horizontal puis oblique des bras réunit l’ensemble.

 


 


 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 10:08

 

 

 

 

 

max-ernst-au-rv-des-amis.jpg

 

Max Ernst 

Au rendez-vous des amis, 1922

 

Derrière, de gauche à droite : Soupault, Arp, Morise, Sanzio, Eluard, Aragon, Breton, Di Chirico, Gala Eluard.


Au premier plan : Crevel (assis, de dos), Ernst, Dostoïevski, Fraenkel, Paulhan, Péret, Baargeld, Desnos.

 

 

 

Leurs yeux toujours purs

 

 

 

Jours de lenteur, jours de pluie,

Jours de miroirs brisés et d’aiguilles perdues

Jours de paupières closes à l’horizon des mers,

D’heures toutes semblables, jours de captivité.

 

Mon esprit qui brillait encore sur les feuilles

Et les fleurs, mon esprit est nu comme l’amour,

L’aurore qu’il oublie lui fait baisser la tête

Et contempler son corps obéissant et vain.

 

Pourtant, j’ai vu les plus beaux yeux du monde,

Dieux d’argent qui tenaient des saphirs dans leurs mains,

De véritables dieux, des oiseaux dans la terre

Et dans l’eau, je les ai vus.

 

Leurs ailes sont les miennes, rien n’existe

Que leur vol qui secoue ma misère

Leur vol d’étoile et de lumière

Leur vol de terre, leur vol de pierre

Sur les flots de leurs ailes,

 

Ma pensée soutenue par la vie et la mort.

 

 

 

Paul Eluard 

Capitale de la douleur

1926

 

dali-gala.jpg

 

 

 

Ce poème est le 22ème des 45 poèmes de cette section. Eluard scande son désespoir après le départ de Gala, qui, "Avida Dollar", le quitte pour Salvador Dali.

 

 

 dali-gala1.jpg

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 08:20

 

 

 

Nous deux

 

 

Nous deux nous tenant par la main

 

 

Nous nous croyons partout chez nous

 

 

Sous l’arbre doux sous le ciel noir

 

 

lire la suite ici

 

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 05:02

 

 

 

 

De premier mai en premier mai

 

 

 

Comme si nous étions les feuilles d'un même arbre

Nous sommes rassemblés par le vent étouffant

Misère c'est la nuit et guerre le déluge

Du miroir qu'on nous tend ne reste que le plomb.

 

Et ce n'est pas d'hier mais de toujours qu'on ose

Nous promettre au néant nous qui rajeunissons

À chaque bon baiser comme à chaque printemps

Nous qui puisons dans l'avenir notre lumière.

 

D'un ciel mal étalé nos maîtres sont marqués

Nous notre force est nue elle est une et première

Toujours et pour demain sur terre nous les hommes

Nous ne connaîtrons que le poids du bonheur.

 

Le poids léger et doux des bourgeons et des fruits !

 

 

Paul ELUARD

Poèmes politiques

 

 

 

Ritsuo-Sugiyama-muguet.jpg

 Ritsuo Sugiyama

 

 

RITSUO.jpg

Comme si nous étions les feuilles d'un même arbre...

 

 Ritsuo Sugiyama

Copyright(©Ritsuo Sugiyama. All rights reserved.

 

 

Born in Kasugai City, Aichi Pref., Japan. During his adolescent days, Ritsuo wandered Mexico alone. After that, he started to paint, studying in University of Veracruz and collecting butterflies and rubbed copies of ruins. In 1970 he returned to Japan, but immediately jumped to Spain to study in University of Valencia. European paintings moved him into his own root Japanese paintings. Now he enjoys his original "SUMI" world. In 1991, Ritsuo got a prize of cultural merits from Kasugai City. He is a member of Hakushikai (Japanese Painting Association) and a part time teacher in Nanzan University. Ritsuo likes to make a cultural exchange with International Students through his paintings.

 

 

 

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 05:07

 

 



À peine défigurée

 


À peine défigurée
Adieu tristesse
Bonjour tristesse
Tu es inscrite dans les lignes du plafond
Tu es inscrite dans les yeux que j'aime
Tu n'es pas tout à fait la misère
Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent
Par un sourire
Bonjour tristesse
Amour des corps aimables
Puissance de l'amour
Dont l'amabilité surgit
Comme un monstre sans corps
Tête désappointée
Tristesse beau visage.

Paul Eluard  

 

 

magritte_The-Great-War.jpg 

René Magritte

La grande guerre1964


"Les titres doivent être une protection supplémentaire qui découragera toute tentative de réduire la poésie véritable à un jeu sans conséquence." 

 Magritte.

 

 

* *

 

Françoise Sagan est née le 21 juin 1935. 

C’est à 18 ans qu’elle publie Bonjour tristesse, en 1954. La première phrase de son roman est :

 

« Sur ce sentiment inconnu, dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, j'hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. »

 

 

 

***

 

Le graffeur inconnu

 

 bonjour-trsitesse-Berlin.jpg

Immeuble à Berlin.

 

 

La maison d'habitation de Schlesisches Tor (Wohnhaus Schlesisches Tor), également connue sous le nom Bonjour Tristesse, est un bâtiment berlinois à environ 100 mètres au sud-ouest de la station de U-Bahn Schlesisches Tor, au numéro 7 de la Schlesische Straße, dans le quartier de Kreuzberg.

Le bâtiment, dessiné par Álvaro Siza Vieira a été réalisé dans le cadre de l'exposition d'architecture 1984 (Internationale Bauausstellung 1984). 


L'immeuble d'habitation Schlesisches Tor a été construit en 1982/1983, dans un vide interstitiel laissé par la guerre dans un ensemble d'immeubles anciens. 


Le nom Bonjour Tristesse n'a pas été donné à l'immeuble par les architectes, mais par un graffeur inconnu, qui a tagué ces mots sur le pignon du bâtiment. Ce graffiti est probablement une critique à la façade grise et aux fenêtres monotones.

 

Repost 0
Published by Nuageneuf http://nuageneuf.over-blog.com/ - dans ELUARD Paul
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 05:01

 

 

 

 

 

Couvre-feu

 

 

 

 

Que voulez-vous la porte était gardée

 

Que voulez-vous nous étions enfermés

 

Que voulez-vous la rue était barrée

 

Que voulez-vous la ville était matée

 

Que voulez-vous elle était affamée

 

Que voulez-vous nous étions désarmés

 

Que voulez-vous la nuit était tombée

 

Que voulez-vous nous nous sommes aimés.

 

 

 

PAUL ELUARD 

Poésie et Vérité

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 05:10

 

 

 

 


Air vif

 

 

J’ai regardé devant moi

 

Dans la foule je t’ai vue

 

Parmi les blés je t’ai vue

 

Sous un arbre je t’ai vue

 

Au bout de tous mes voyages

 

Au fond de tous mes tourments

 

Au tournant de tous les rires

 

Sortant de l’eau et du feu

 

L’été l’hiver je t’ai vue

 

Dans ma maison je t’ai vue

 

Entre mes bras je t’ai vue

 

Dans mes rêves je t’ai vue

 

Je ne te quitterai plus.

 

 

 

 

 

PAUL ELUARD

Derniers poèmes d’amour, 1963

 


ken-merfeld.jpg
Photo ©Ken Merfeld
* *
BB-S.Frey.G.Clouzot.jpg
Brigitte Bardot, Samy Frey
La Vérité
H.G.Clouzot
Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 05:03

 

 

A l'ombre des arbres 

 

 

A l'ombre des arbres

Comme au temps des miracles,

Au milieu des hommes

Comme la plus belle femme

Sans regrets, sans honte,

J'ai quitté le monde

- Qu'avez-vous vu ?

- Une femme jeune, grande et belle

En robe noire très décolletée.

 

 

 

Paul ELUARD

Capitale de la douleur

 

 

Besnard--le-modele-assis.jpg

Le modèle assis

 

 

Besnard--Femme-nue-musee-des-impression.-Giverny.jpg 

... Une femme jeune, grande et belle ...

 

 

Femme nue

Musée des impressionnistes de GIVERNY

 

Albert BESNARD

1849 - 1934

 

 

 

*

 

    Pino-Dangelico-Vanity.jpg

 

 

 

Pino DANGELICO

Vanity

Le peintre italien Pino Dangelico est mort en 2010. En cliquant sur son nom ci-dessus, on trouvera un article assez complet sur ce peintre qui se faisait appeler Pino.  

 

*

 

Mireille-Darc-Vador.jpg

 

Mireille-DARC.jpeg

 

 

 

Mireille DARC

Le grand blond avec une chaussure noire, 1972


Mireille Darc (— Qui a dit "Vador" ? —) porte ici une robe en noir très décolletée signée Guy Laroche.

 


Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages