Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 05:00

 

Yom HaShoah 

Du mercredi 15 avril 2015, 18h30

au jeudi 16 avril 2015, 18h00.

 
   

        

 

"Les noms de ceux dont il ne reste que le nom"

Simone Veil

 

 

 

            À l’occasion de Yom HaShoah, date retenue par l’État d’Israël pour la commémoration de la mémoire des victimes de la Shoah et des héros de la Résistance juive pendant la Seconde Guerre mondiale, le Mémorial de la Shoah organise, pour la huitième année consécutive, en partenariat avec le Mouvement juif libéral de France (MJLF) et l’Association des fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF), qui sont à l’initiative de cette cérémonie, et le Consistoire de Paris, la lecture des noms des déportés juifs de France devant le Mur des Noms.

 

           Au cours de cette lecture publique ininterrompue de 24 heures, de jour comme de nuit, sont prononcés, un à un, les noms, prénoms et âges de chaque homme, femme et enfant déporté. Des 76 000 noms inscrits sur le Mur, sont lus ce soir à partir de 18h30 les noms des personnes déportées par les convois n°44 à n°84.

 

        Quelques 200 personnes, anciens déportés, parents, enfants… lisent à tour de rôle, à partir des listes issues du Livre mémorial de la Déportation de Serge Klarsfeld, (éd. Association des FFDJF), les noms de « ceux dont il ne reste que le nom »(Simone Veil).

 

 

 

Memorial.jpg

Le mur des noms au Mémorial de la Shoah, Paris.

 

79 convois ont quitté Drancy entre le 27 mars 1942 et le 17 août 1944. 

Tous les convois de déportation de Drancy partis entre le 27 mars 1942 et le 23 juin 1943, soit 42 convois, sont partis de la gare du Bourget-Drancy.

Tous les convois de déportation de Drancy partis entre le 18 juillet 1943 et le 17 août 1944 sont partis de la gare de Bobigny. (A noter que l'ancienne gare désaffectée de Bobigny, classée en 2005, est devenue officiellement  lieu de mémoire en janvier 2011    

{C}

 

 

 

*  *  *

 

 

Fugue de mort                   

 

Lait noir de l’aube nous le buvons le soir

le buvons à midi et le matin nous le buvons la nuit

nous buvons et buvons

nous creusons dans le ciel une tombe où l’on n’est pas serré

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il écrit

il écrit quand il va faire noir en Allemagne Margarete tes cheveux d’or

écrit ces mots s’avance sur le seuil et les étoiles tressaillent il siffle ses grands chiens

il siffle il fait sortir ses juifs et creuser dans la terre une tombe

il nous commande allons jouez pour qu’on danse

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons le matin puis à midi nous te buvons le soir

nous buvons et buvons

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il écrit

il écrit quand il va faire noir en Allemagne Margarete tes cheveux d’or

Tes cheveux cendre Sulamith nous creusons dans le ciel une tombe où l’on n’est pas serré

Il crie enfoncez plus vos bêches dans la terre vous autres et vous chantez jouez

il attrape le fer à sa ceinture il le brandit ses yeux sont bleus

enfoncez plus les bêches vous autres et vous jouez encore pour qu’on danse

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons à midi et le matin nous te buvons le soir

nous buvons et buvons

un homme habite la maison Margarete tes cheveux d’or

tes cheveux cendre Sulamith il joue avec les serpents

 

 

Il crie jouez plus douce la mort la mort est un maître d’Allemagne

il crie plus sombre les archets et votre fumée montera vers le ciel

vous aurez une tombe alors dans les nuages où l’on n’est pas serré

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons à midi la mort est un maître d’Allemagne

nous te buvons le soir et le matin nous buvons et buvons

la mort est un maître d’Allemagne son œil est bleu

il vise tire sur toi une balle de plomb il ne te manque pas

un homme habite la maison Margarete tes cheveux d’or

il lance ses grands chiens sur nous il nous offre une tombe dans le ciel

il joue avec les serpents et rêve la mort est un maître d’Allemagne

 

tes cheveux d’or Margarete

tes cheveux cendre Sulamith

 

 

Paul CELAN

traduction Jean-Pierre Lefebvre

© Editions GALLIMARD, 1998, pour la traduction française

 

Kiefer.margarethe.jpg

Illustration :  

Anselm Kiefer

Margarete

{C}Huile, acrylique, émulsion et paille sur toile, 280 x 380 cm, Collection particulière.
{C}

 

* * *

 

Le poème original de Paul Celan    

Todesfuge 

                  

Schwarze Milch der Frühe wir trinken sie abends

wir trinken sie mittags und morgens wir trinken sie nachts

wir trinken und trinken

wir schaufeln ein Grab in den Lüften da liegt man nicht eng

Ein Mann wohnt im Haus der spielt mit den Schlangen der schreibt

der schreibt wenn es dunkelt nach Deutschland

     dein goldenes Haar Margarete

er schreibt es und tritt vor das Haus und es blitzen die Sterne

     er pfeift seine Rüden herbei

er pfeift seine Juden hervor läßt schaufeln ein Grab in der Erde

er befiehlt uns spielt auf nun zum Tanz

 

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich morgens und mittags wir trinken dich abends

wir trinken und trinken

Ein Mann wohnt im Haus der spielt mit den Schlangen der schreibt

der schreibt wenn es dunkelt nach Deutschland

     dein goldenes Haar Margarete

Dein aschenes Haar Sulamith wir schaufeln ein Grab in den Lüften

     da liegt man nicht eng

 

Er ruft stecht tiefer ins Erdreich ihr einen ihr andern singet und spielt

er greift nach dem Eisen im Gurt er schwingts seine Augen sind blau

stecht tiefer die Spaten ihr einen ihr anderen spielt weiter zum Tanz auf

 

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich mittags und morgens wir trinken dich abends

wir trinken und trinken

ein Mann wohnt im Haus dein goldenes Haar Margarete

dein aschenes Haar Sulamith er spielt mit den Schlangen

 

Er ruft spielt süßer den Tod der Tod ist ein Meister aus Deutschland

er ruft streicht dunkler die Geigen dann steigt ihr als Rauch in die Luft

dann habt ihr ein Grab in den Wolken da liegt man nicht eng

 

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich mittags der Tod ist ein Meister aus Deutschland

wir trinken dich abends und morgens wir trinken und trinken

der Tod ist ein Meister aus Deutschland sein Auge ist blau

er trifft dich mit bleierner Kugel er trifft dich genau

ein Mann wohnt im Haus dein goldenes Haar Margarete

er hetzt seine Rüden auf uns er schenkt uns ein Grab in der Luft

er spielt mit den Schlangen und träumet der Tod ist ein Meister aus Deutschland 

 

dein goldenes Haar Margarete

dein aschenes Haar Sulamith

 

Paul CELAN

Mohn und Gedächtnis 

© 1952 Deutsche Verlags-Anstalt München

 

 

Kiefer-1.jpg

 

Anselm Kiefer

(détail) 

 

{C}



 

 

 

Yom HaShoah du 11 avril 2010.

JMT-au-Mur-des-noms-au-memorial-de-la-Shoah-a-Paris.jpg  MemorialShoah.jpg

Illustration : une personne se recueille devant le mur des noms au Mémorial de la Shoah, à Paris, le 11 avril 2010, jour de Yom HaShoah. Pendant 24 heures, sans discontinuer, les noms, prénoms et âges des déportés sont lus sur le parvis. Cette année-là ont été lus les noms des convois du 25ème au 66ème. 

 

 

 

 

 

* * *

 

Destination Auschwitz (1942-1944)

 

 

Auschwitzdeportation-42-a-44.jpg 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans SHOAH
commenter cet article

commentaires

Jacques 17/04/2015 15:29

En novembre 1990, André Frossard, se voit attribuer le Prix "Mémoire de la Shoah". Extrait de son discours de remerciement :


Témoin, je l'ai été dès mon enfance dans ce village-frontière de Foussemagne (...) Hélas la communauté juive presque tout entière a été déportée sous l'Occupation ; j'y ai perdu, entre autres,une amie d'enfance, une pure créature de Dieu, qui aurait pu s'enfuir et ne l'avait pas voulu pour ne pas quitter son père, un peu sourd, et dont elle craignait qu'il n'entendît pas à temps les ordres des gardiens.

Je ne peux penser encore aujourd'hui sans un serrement de cœur et un sursaut de colère inutile à cette héroïne sacrifiée aux délires d'un maniaque. En la tuant, ses assassins ont tué en moi l'indulgence, et je ne leur pardonnerai que lorsque elle me dira elle-même qu'elle l'a fait, et que dans la douceur réparatrice de Dieu elle ne se souvient plus que des jours heureux.(...)"

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages