Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 06:35

 

 

 

 

Une grande dame

 

Belle "à damner les saints", à troubler sous l'aumusse

Un vieux juge ! Elle marche impérialement.

Elle parle - et ses dents font un miroitement -

Italien, avec un léger accent russe.

 

Ses yeux froids où l'émail sertit le bleu de Prusse

Ont l'éclat insolent et dur du diamant.

Pour la splendeur du sein, pour le rayonnement

De la peau, nulle reine ou courtisane, fût-ce

 

Cléopâtre la lynce ou la chatte Ninon,

N'égale sa beauté praticienne, non !

Vois, ô bon Buridan : "C'est une grande dame !"

 

Il faut - pas de milieu ! - l'adorer à genoux,

Plat, n'ayant d'astre aux cieux que ses lourds cheveux roux,

Ou bien lui cravacher la face, à cette femme !

 

 

Paul VERLAINE

Poèmes saturniens

4eme poème in Caprices  - 1866 -

Fini-Carrefour-d-Hecate--Circa-1985-jpg.jpg

Leonor Fini.

Carrefour d'Hécate d'après une lithographie de 1985

 


 

 

 

leo-fini.jpg

 

 


Leonor Fini naît à Buenos Aires le 30 août 1908. Elle décède à Paris le 18 janvier 1996.

Elle passe son adolescence à Trieste dont elle fréquente les grandes figures littéraires et artistiques. Elle s'y forge très tôt un style minutieux et onirique qui la rapproche des surréalistes, mais auxquels elle refuse toujours de s'assimiler, cultivant une excentricité résolue.

Arrivée à Paris en 1937, Leonor Fini est l'amie d'Éluard et de Mandiargues, puis d'Audiberti et de Genet, auteurs dont elle illustre de nombreux textes. Cosmopolite et éclectique, elle est elle- même auteur de plusieurs textes, publiés dans les années 70, et une prolifique décoratrice de théâtre et de ballets. 


En 1938, elle expo­se pour la première fois chez Julian Lévy à New York, puis à Paris. En 1942, elle expose à Zurich et, pendant la guerre, se fixe à Monte-Carlo où elle réalise une série de dessins dont les principaux sont Mandiargues (1935), Genêt (1948), Audiberti (1950) et Suzanne Flon (1955). Entre 1944 et 1945, elle illustre Juliette de Sade et, dès 1947, réalise de nombreux décors de ballets et de théâtre. En 1950 elle publie Portraits de famille, une série d'eaux-fortes et en 1955 illustre les Contes fantastiques d'Edgard Poe. 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans VERLAINE Paul
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages