Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 05:27

 

 

 

J’ai rêvé de toi cette nuit

 

 

J’ai rêvé de toi cette nuit :

Tu te pâmais en mille poses

Et roucoulais des tas de choses…

 

Et moi, comme on savoure un fruit,

Je te baisais à bouche pleine

Un peu partout, mont, val ou plaine.

 

J’étais d’une élasticité,

D’un ressort vraiment admirable :

Tudieu, quelle haleine et quel râble !

 

Et toi, chère, de ton côté,

Quel râble, quelle haleine, quelle

Élasticité de gazelle…

 

Au réveil ce fut, dans tes bras,

Mais plus aiguë et plus parfaite,

Exactement la même fête !

 

 

Paul VERLAINE

Chansons pour Elle

- 42 - XXII

 

 

 

 

Contrairement à l'usage ici d'illustrer chaque poème d'une toile de Maître en rapport avec un vers ou une partie de vers, le lecteur avisé aura tout loisir d'imaginer à sa guise les images que cet audacieux poème lui évoquera !...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans VERLAINE Paul
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 24/04/2012 14:42


Certes la perche était tendue ! et nous avons mordu à l'hameçon ^

La marée 24/04/2012 12:38


Oui, mais dans ce cas, avec un lapin posé, les poses se réduisent considérablement... L'homme reste son propre ressort (la perche était tendue... ^^).

Nuageneuf 24/04/2012 11:57


Bien sûr les poses, cher monsieur de La Marée ! (...)Tu te pâmais en mille poses(...) dit Verlaine.


 


Et puis aussi puisque Verlaine évoque le lapin (...)Quel râble,(...), on ne résistera pas au plaisir de rappeler ce réjouissant aphorisme
d'Alphonse Allais, cité ici de mémoire donc à peu près : "Etre DE quelque chose, ça vous pose un homme. Comme être DE garenne, ça vous pose un lapin".


 

La marée 24/04/2012 11:40


Les images, ou les poses...

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages