Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 08:01

 

 

 

A la promenade

 

 

Le ciel si pâle et les arbres si grêles

Semblent sourire à nos costumes clairs

Qui vont flottant légers avec des airs

De nonchalance et des mouvements d'ailes.

 

Et le vent doux ride l'humble bassin,

Et la lueur du soleil qu'atténue

L'ombre des bas tilleuls de l'avenue

Nous parvient bleue et mourante à dessein.

 

Trompeurs exquis et coquettes charmantes,

Coeurs tendres mais affranchis du serment,

Nous devisons délicieusement,

Et les amants lutinent les amantes

De qui la main imperceptible sait

Parfois donner un souffle qu'on échange

Contre un baiser sur l'extrême phalange

Du petit doigt, et comme la chose est

Immensément excessive et farouche,

On est puni par un regard très sec,

Lequel contraste, au demeurant, avec

La moue assez clémente de la bouche.

 

 

Paul Verlaine in Fêtes Galantes, 1866

 

 

 

C.Claudel.L-abandon.1905.jpg

 

 

 

 

Illustration : Camille CLAUDEL. L'abandon, 1905.

 


 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans VERLAINE Paul
commenter cet article

commentaires

Hervé VILEZ 25/03/2012 11:12


Camille Claudel et Paul Verlaine: deux écorchés vifs au talent fabuleux...


Hervé VILEZ.

Patrick Mandon 29/12/2011 16:34


Encore une fois, excellent choix d'une pésie ! On est frappé par l'audacieuse construction, par le choix des rimes. Verlaine annonce quelque chose, une liberté d'allure poétique, tout en
démontrant un exquis raffinement.


Fraternel salut.

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages