Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 07:12

 

      Il y a peu, nous donnions le très beau poème de Paul-Jean Toulet, Amarissimes. Le voici de nouveau à lire ; nous tenterons ci-dessous de répondre brièvement aux questions diverses reçues par courriel.

 

Amarissimes.(*)

 

Est-ce moi qui pleurais ainsi

    — Ou des veaux qu’on empoigne —

D’écouter ton pas qui s’éloigne,

    Beauté, mon cher souci (**)?

 

Et (je t’en fis, à pneumatique,

    Part, — sans aucun bagou (***) )

Ces pleurs, ma chère, avaient le goût

    De l’onde adriatique.

 

Oui, oui : mais vous parlez de cri,

    Quand je repris ma lettre.

Grands dieux !... J’aurais mieux fait, peut-être,

    D’écrire à son mari.

 

 

Paul-Jean TOULET in Contrerimes, 20

 

 

 

* Signification du titre : Amarissimes serait un néologisme provenant du latin amarissimae, qui signifierait très amer.

** Beauté, mon cher souci : hommage et clin d'œil de Toulet au grand Malherbe et à son célèbre poème Beauté, mon cher souci dont voici les deux premiers alexandrins :

 

Beauté, mon cher souci, de qui l'âme incertaine 

A, comme l'Océan, son flux et son reflux (...) 

 

Le poème sera publié intégralement demain.

 

*** Bagou: Bavardage volubile où entrent de la hardiesse, de l'effronterie et l'envie de duper l'interlocuteur.

" Tout en parlant ainsi, avec cette facilité de paroles de la femme et de la Parisienne qui s'appelle bagou dans le langage de Paris, les yeux de Madame Mauperin, (...), étaient machinalement tombés sur de la lumière remuée par les mains de l'abbé..."

E. et J. DE GONCOURT, Renée Mauperin, 1864 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans TOULET Paul-Jean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages