Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 06:05

 

 

 

Qui que tu sois

 

Qui que tu sois, le soir sors,

sors de ta chambre où tout est connu ;

ta maison, c’est la dernière avant l’étendue,

qui que tu sois.

Avec tes yeux qui fatigués peinent

à se délivrer de l’usure du seuil,

tu lèves un arbre noir, lentement, à peine,

et le plantes devant le ciel : svelte, seul.

Et tu as fait le monde. Et il est grand,

pareil à un mot qui mûrit encore dans le silence.

Et comme ta volonté comprend son sens,

tes yeux de lui se détachent tendrement…

 

 

Rainer Maria RILKE

Le livre d'images, 1899

 

 

 

 

Wer du auch seist

 

Wer du auch seist: am Abend tritt hinaus

aus deiner Stube, drin du alles weißt;

als letzes vor der Ferne liegt dein Haus:

wer du auch seist.

Mit deined Augen, welche müde kaum

von der verbrauchten Schwelle sich befrein,

hebst du ganz langsam einen schwarzen Baum

und stellst ihn vor den Himmel: schlank, allein.

Und hast die Welt gemacht. Und sie ist groß

und wie ein Wort, das noch im Schweigen reift.

Und wie dein Wille ihren Sinn begreift,

lassen sie deine Augen zärtlich los …

 

 

Rainer Maria RILKE

Das Buch der Bilder, 1899

 

 

 

arbre-ciel.jpg

tu lèves un arbre noir, lentement, à peine,

et le plantes devant le ciel : svelte, seul.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf http://nuageneuf.over-blog.com/ - dans poésies étrangères
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 20/03/2013 18:21


 


On conviendra en effet que RILKE, ça se déguste comme un Pétrus 1995. (£ 5000,00 la bouteille chez Ducasse à
Londres. Ducasse est installé au Dorchester, face à Hyde Park)

Endeuxmots 20/03/2013 13:56


Très beau.

Célestine 18/03/2013 15:37


Le même plaisir à chaque relecture.

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages