Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 06:39

 

 

 

 

Ce très bel hommage rendu à Georges PEREC par Julius MARX sur son blog. 

Les phrases entre parenthèses sont de Julius, bien sûr et l'exercice n'en est que plus troublant. Merci à Julius de nous permettre de publier son beau travail ici.    

 

 

Je me souviens des coups de règle en fer sur les doigts.

(Et d'un jour où le professeur a demandé à un nouveau "quel est le nom de cet imbécile au bout de la règle?" et que le nouveau a répondu " de quel côté, monsieur?")

 

Je me souviens des Malabars achetés chez le confiseur au coin de la rue.

(Et aussi que je ramassai les emballages vides dans la cour pour faire croire que j'en avais acheté plus que les autres)

 

Je me souviens de l'odeur enivrante des livres, à la rentrée scolaire.

(Et de mon voisin qui se moquait de moi parce que je suçais le petit bâton de colle)

 

Je me souviens des oignons et de la petite fleur de Sydney Bechet, des disques 45t gagnés chez Antar avec les pleins de Mobylette.

(Et du disque de Trini Lopez acheté avec l'argent donné par ma tante pour le cadeau de la fête des mères)

 

Je me souviens du petit carnet où j'écrivais les mots des grands que je ne comprenais pas.

(Et des signatures imitées des copains que je n'avais pas)

 

Je me souviens des vaccinations collectives.

(Et de l'infirmerie militaire avant le départ en Afrique où nous sommes restés plus d'une demie heure avec la même aiguille dans le dos)

 

Je me souviens d'un film d'animation avec un ours, une petite fille et un marchand de sable, mais pas du titre du film.

(Et de Fernandel avec sa vache Marguerite, au Gaumont Palace, place Clichy. )

 

Je me souviens de la soupe au tapioca.

(Et de l'odeur insupportable des poireaux dans la cuisine de la pension)

 

Je me souviens de la télé en noir et blanc.

(Et du carré blanc)

 

Je me souviens de mon premier vélo de course de marque Gitane, offert par mon grand-père.

(Et du petit morceau de carton que l'on glissait dans les rayons pour imiter le bruit d'un moteur)

 

Je me souviens des flacons plats de pastis volés à TVS. Sale goût, pur.

(Et des paquets de P4, achetés à plusieurs et fumés en vitesse)

 

Je me souviens des scoubidous.

(Et de l'agate que je glissais au milieu. Et puis de la pièce de 5 francs que l'on perçait pour avoir le même collier que Vince Taylor)

 

Je me souviens d'avoir croisé Maurice Genevoix montant dans sa belle bagnole dans la grand'rue.

(Et Michel Simon, avec un chapeau et une grande cape noire, sur le trottoir de la rue St Denis.)

 

Je me souviens de son prénom : Isabelle.

(Marie-France)

 

Je me souviens de la baguette à 1 franc.

(Et du signe de la croix, tracé avec son Opinel par le directeur de la pension, sur la miche de pain.)

 

Je me souviens de séances de catéchisme chez une vieille dame, ponctuées  par un chocolat chaud et qu'elle récompensait par un film à la télé comme Poly ou l'Homme du Picardie.

(Et puis aussi  que tout le monde  s'était moqué de moi lorsque j'avais prononcé le H de eucharistie )

 

Je me souviens de mon premier voyage en train ; j'avais deux ans.

(Et de mon grand-père qui m'accompagnait à la pension par le train. Il pouvait calculer la vitesse du train avec sa montre. Je ne me rappelle plus comment.)

 

Je me souviens de l'arrivé de la télé.

(Et de la première publicité. C'était pour la marque Schneider, je crois.)

 

Je me souviens du cours d'histoire en CE2 qui commençait par : nos ancêtres les Gaulois.

(Et du cours de Français où j'avais prononcé excréments au lieu d'ingrédients.)

 

 

 

Les textes sont extraits de Je me souviens (1978) de Georges Pérec.

(Les textes entre parenthèses et en italiques de Julius Marx.)

 

 

 

 

Georges-Perec.jpeg 

Georges Perec est né en 1936. Son père, Icek Peretz (1909-1940), et sa mère, Cyrla Szulewicz (1913-194?), tous deux juifs d'origine polonaise, se marient en 1934. Georges Perec naît le samedi 7 mars 1936 vers 21 h dans une maternité du 19e arrondissement de Paris. Il passera sa petite enfance au 24 rue Vilin, dans le quartier de Belleville, où sa mère tient un salon de coiffure jusqu'en 1942.

 

 

F.MAYRAN.-GEORGES-PEREC.jpg

Francine MAYRAN

Georges PEREC

©Francine Mayran

 


 

 


Engagé volontaire contre l'Allemagne dès 1939, Icek Peretz est mortellement blessé le 16 juin 1940. En 1941, la mère du petit Georges, pour lui sauver la vie, l’envoie en zone libre à Villard-de-Lans via un train de la Croix-Rouge. Il y est baptisé et son nom, francisé, devient Perec. Le petit Georges passe là le reste de la guerre avec une partie de sa famille paternelle. Sa mère, arrêtée et internée à Drancy en janvier 1943, est déportée à Auschwitz le 11 février de la même année. Georges retourne à Paris en 1945 où il est adopté par sa tante paternelle, Esther, et son mari David Bienenfeld.

 

 

*

 

 

Nous ajouterons, extrait également de Je me souviens :

Je me souviens de photos que je ne devais jamais voir, elles passaient furtivement dans les mains de ma grand-mère dont le visage s'était terriblement assombri (comme un ciel, très vite). Elles rejoignirent une boîte. Je ne vis des photos des camps que trois ou quatre ans plus tard, d'autres, dans d'autres circonstances. Rétroactivement, j'eus peur de celles que je n'avais pas vues.

G.PEREC


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf http://nuageneuf.over-blog.com/ - dans Textes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 26/03/2013 10:46


 


Chère Célestine,


 


Oui, Prc st un grand pote.


Il devrait devenir un jour votre ami, lui qui a donné son nom à l'astéroïde numéro 2817, découvert en 1982...


 


...


Dans Espèces d'espaces, il écrit : "Ecrire : essayer méticuleusement de retenir quelque chose : arracher quelques bribes au vide qui se
creuse, laisser quelque part un sillon, une trace, une marque ou quelques signes. "


 



Celestine 24/03/2013 18:28


Un condensé d'émotion que ce billet, où les souvenirs d'enfance se mêlent aux zébrures de l'histoire...Je ne connaissais Georges Perec que par sa célèbre Disparition, dont le texte sans "e"
inspire chaque année mes élèves pour des textes plus petits et privés d'une voyelle moins crucialement indispensable que le E.


Je ne savais pas notamment qi'il avait dû changer de nom. Je comprends que son destin soit touchant et hors norme.

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages