Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 06:00

 

 

besson.gif

Expositions

 

J'ai pris un jour de vacances. J'en avais besoin. Je suis allé à Aix-en-Provence. La gare TGV ressemble au nouvel aéroport de Brazzaville construit par les Chinois. La différence, c'est que Maya-Maya est au centre de Brazza, comme une gare, et que la gare TGV d'Aix-en-Provence est à plusieurs kilomètres du centre, comme un aéroport.

 

 

C'était l'un des derniers jours de l'exposition Nabe à la galerie de la place Fortin, en haut du cours Mirabeau. Marc-Edouard s'est installé à Aix l'an dernier, avec sa nouvelle amie, Leïla. Maintenant qu'il ne tient plus son journal intime, je suis obligé d'être indiscret à sa place. Leïla, 22 ans, est l'auteur du mémoire de Sciences-po "Dostoïevski, le grand déçu du socialisme", que j'ai lu d'une traite dans le train de retour presque vide, car personne ne rentre de vacances le jour même de son arrivée. Un révolutionnaire athée devient, après le bagne où il a été envoyé à cause de ses idées, un réactionnaire croyant. Un peu comme si Jean Moulin était entré dans la Gestapo après son interrogatoire musclé par Klaus Barbie. Dostoïevski est l'inventeur du syndrome de Stockholm. Ne finira-t-il pas par épouser une demi-suédoise ? J'ai demandé à Leïla si elle avait lu "Apollinaria, une passion russe", de Capucine Motte (prix Roger-Nimier, JC Lattès, 18,50 E). Non, mais elle en avait envie, Apollinaria étant, parmi les femmes aimées par Dostoïevski, sa préférée, car la plus libre, la plus passionnée, la plus dangereuse. Leïla n'a rien bu au Grillon , où on avait déjà déjeuné sans elle (entrecôte grillée pour Marc-Edouard, filet de boeuf au poivre pour moi). Je me suis dit qu'elle faisait peut-être le ramadan mais quand, devant les terrasses bondées du cours Mirabeau, elle a pris Marc-Edouard dans ses bras - elle est un peu plus grande que lui - et l'a embrassé sur la bouche, j'ai compris qu'elle n'avait simplement eu ni faim ni soif, sauf de lui.

 

 

Au musée Granet, "De Cézanne à Matisse" (jusqu'au 13 octobre 2013). Ce qui était agréable, c'était de ne pas être menacé de devoir acheter une toile à plusieurs dizaines de millions d'euros. La fraîcheur des Matisse, la tendresse des Picasso, l'agitation du Picabia, le raffinement des Dali : tous les bons professeurs de peinture de Marc-Edouard se trouvaient réunis dans la gaieté reposante de l'air climatisé. En me ramenant à mon taxi, Marc-Edouard m'a expliqué qu'il avait vendu 65 tableaux pour un peu plus de 70 000 euros, ce qui lui permettra de financer l'impression de son prochain livre de 1 000 pages. La vente continue sur Internet (marcedouardnabe.com). Leïla nous a pris en photo devant la statue de Cézanne et je les ai regardés s'éloigner dans l'orangeade du soir, le poète et sa longue muse à panama. Ils remontaient, hanche contre hanche, vers leur joli appartement lumineux près de la cathédrale. Je suis encore sous le charme du roman qu'ils étaient en train de rire.

 

 

Patrick BESSON

 

 

©PatrickBesson.Le Point.8/8/2013

Tous droits réservés

 

 

 

 

patrick-besson.jpg

Patrick BESSON

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages