Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:19

 

 

 

 

Blaise Pascal, bien que très croyant, doute. Hannah Arendt écrira que cette attitude constitue un tournant dans l'histoire de la pensée. Désormais la foi ne peut plus prétendre abolir  le doute. Extrait :

 

 


Voilà ce que je vois et ce qui me trouble. Je regarde de toutes parts, et je ne vois partout qu'obscurité. La nature ne m'offre rien qui ne soit matière de doute et d'inquiétude. Si je ne voyais rien qui marquât une Divinité, je me déterminerais à la négative; si je voyais partout des marques d'un Créateur, je reposerais en paix dans la foi. Mais, voyant trop pour nier et trop peu pour m'assurer, je suis dans un état à plaindre, et où j'ai souhaité cent fois que, si un Dieu la soutient, elle le marquât sans équivoque ; et que, si les marques qu'elle en donne sont trompeuses, elle les supprimât tout à fait; qu'elle dît tout ou rien, afin que je visse quel parti je dois suivre. Au lieu qu'en l'état où je suis, ignorant ce que je suis et ce que je dois faire, je ne connais ni ma condition ni mon devoir. Mon coeur tend tout entier à connaître où est le vrai bien, pour le suivre. Rien ne me serait trop cher pour l'éternité »

 

 

Blaise Pascal

 

 

 

Pascal.jpegHannah-Arendt.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Hannah Arendt

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 08/06/2013 21:43


 


Cher Cédric,


 


A la quesion que vous vous posez, et si l'on veut bien se référer au texte de Blaise Pascal, on aura beau jeu de répondre :


 


- Sans doute...


 


 

Cédric 07/06/2013 21:42


 


Dans cette interview, on peut l'entendre dire : " j'aime pas Dieu".


 


La question que je me pose c'est : " est-ce "Dieu" qu'il n'aime pas, ou est-ce l'" idée de Dieu" ? " car dans le premier cas, cela pourrait sous-entendre qu'il croit en son existence... :-)

Nuageneuf 07/06/2013 15:46


 


Cher Pierre,


 


Vous vous faites vraiment trop rare ! La pertinence de votre citation est un véritable ravissement. François Cavanna est bien présent dans nos
mémoires, ah oui ! notre Rital bien aimé. Et nous qui avons eu l'heur de connaître cette époque en admirateurs béats ne boudons pas notre plaisir. Le cœur immense de
Cavanna, c'est une explosion nucléaire de bonté.


La citation que vous faites découvrir est vraiment formidable, soyez-en remercié.


 


 


Dans Lettre ouverte aux culs-bénits, il dit "Heureux les croyants, mais je préfère mon angoisse et ses yeux grands ouverts"


 


Dans Le saviez-vous ? il dit "Quand on plante un oignon sous un saule, on n'obtient pas forcément un saule pleureur."


 


Et mille autres. L'œuvre de Cavanna, dessins et littérature, mérite vraiment le détour!


 


Encore merci, cher Pierre, de nous l'avoir remémoré. Amitiés.





 


"Plus je regardeles hommes et plus j'aime les femmes."

Nuageneuf 07/06/2013 14:58


 


Bonjour et bienvenue AlainX,


 


Oui! bienvenue sur Nuageneuf, un blog où vous trouverez des poésies qui nous l'espérons retiendront votre attention.


 


Nous ne savons pas si la question pertinente que vous posez s'adresse à nous ou à tous. Il est à craindre que vous n'obteniez guère de réponse provenant des lecteurs
qui semblent souvent avares de commentaires. Sans doute l'univers poétique qui s'épanouit sans prétention dans ces pages les retient-il quelque peu dans un univers onirique, parfois suave,
souvent empli d'amour et de douces confidences. Et si telle en était notre affaire, elle nous comblerait d'une joie immense.


 


Votre oxymore "divinement infernal" nous ravit. Bravo ! Aussi reprendrons-nous vos mots en guise de réponse et d'acquiescement
:


La foi ? Un doute divinement infernal.


 


Bien à vous. Revenez quand il vous plait, du moins l'espérons-nous.


 


 

Pierre 07/06/2013 11:54


Blaise Pascal avait à dix ans réinventé tout seul, la géométrie, l'algèbre, le calcul différentiel, mais il ne savait pas faire bouger ses oreilles.

Cavanna

AlainX 07/06/2013 10:55


La foi est-elle séparable du doute ?


ne s'agit-il pas là d'un couple divinement infernal ?

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages