Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 05:50

 

 

 

Dans un tout récent article citant un merveilleux aphorisme de Woody Allen, nous avons osé tenter une traduction, exercice hautement périlleux, mais à périllieux, mère rieuse comme on dit. De là à préciser, il n'y avait qu'un pas.

 

 

Traduttore, traditore. Traduire, c'est trahir.

 

 

« Mais que dirai-je d’aucuns, vraiment mieux dignes d’être appelés traditeurs que traducteurs ? vu qu’ils trahissent ceux qu’ils entreprennent exposer, les frustrant de leur gloire… »

Joachim du Bellay, Défense et illustration de la langue française, chapitre VI

 

Traduttore, traditore (« Traduire, c’est trahir », ou littéralement, « traducteur, traître ») est une expression italienne. Cette expression est

une paronomase

 

qui joue sur la ressemblance des deux mots; elle est souvent utilisée dans d’autres langues, en raison de sa concision et de ce jeu de mots.

 

 

Le fait de comparer un traducteur à un traître signifie que la traduction d’un texte d’une langue vers une autre ne peut jamais respecter parfaitement le texte de l’œuvre originale. Beaucoup de polyglottes préfèrent lire une œuvre en version originale car ils veulent la découvrir telle qu’elle a été créée par l’auteur. Dans un cas extrême, traduire un poème en le modifiant pour garder les rimes altère singulièrement l’œuvre du poète. Le linguiste français Georges Mounin a beaucoup travaillé sur ces « problèmes théoriques de la traduction ».

 

 

Le traducteur Pierre Leyris (qui a entre autres traduit l’œuvre d’Herman Melville) répond à cette critique en affirmant : « Traduire, c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive ».

 

 

Cara-Barer.jpg 

photo©Cara Barer

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 16/12/2013 11:22


 


Une fois encore, je vous remercie de votre participation active et de vos partages.


 


Bien cordialement



Max 15/12/2013 12:46


Déjà qu'en notre propre langue, on n'est pas sûr(e)s d'être compris... cependant, elles ou ils font du mieux qu'ils peuvent et, avec du retard, Joyeux anniversarie ;-)


...


 

Christine 14/12/2013 08:35


Traduire est aussi exercice d'humilité et de confiance. Je me rappelle le regard anxieux d'Andrès Neuman (http://andresneuman.blogspot.fr/) lorsqu'il m'a demandé : qu'a pensé la lectrice de 
la traduction de mes nouvelles en français ? Il avait la grande chance de pouvoir travailler avec son traducteur (il est lui-même traducteur et écrit en plusieurs langues) et nous avons eu le
grand bonheur de les rencontrer ensemble.

icilondres 14/12/2013 06:58


Traduire, c'est sentir, ressentir, donner son sentiment de...Alliage de deux imperfections humaines.


 

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages