Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 05:18

 

 

 

 Dites ! Dites !

 

 

 

Ah ! dites, dites

Où sont passés les troglodytes ?

 

Où sont passés les troglodytes ?

Où sont passés les Mohicans ?

Et Blériot avec son biplan ?

Et l’Arabie pas Séoudite ?

 

Où sont passés les fiacres

Qu’étaient couverts de nacre ?

Et les cochers boiteux

Qui devenaient le Diable en moins de deux ?

 

Où sont passées les Amazones

Qui n’avaient qu’un sein comme bouclier ?

Où est parti le puits de Dôme ?

Que sont devenus les Alliés ?

 

La guerre de Cent Ans ? Celle de Soixante-Dix ?

Et celle de Trente Ans ?

Et Vercingétorix

Mon ancêtre, mon Gaulois,

Où donc est-il passé avec ses guêtres et ses oies ?

 

Où sont passés les habitants

Des cavernes du bon vieux temps

Qui s’éclairaient modestement

Au moyen de vers luisants ?

 

Où sont passés les Thermopyles ?

Où sont passés les Thermidors ?

Et les Anglais qu’ont pris la pile

Quand Jeanne d’Arc était en or ?

 

Et Léontine la femme à Léon ?

 

Et ce monsieur Napoléon

Qui donnait son foie

A tous les soldats

Et faisait semblant d’être là

Même quand il était dans les draps

Avec la Joséphine extra ?

 

Et Samson ? Et Dalila ?

 

Ah ! dites, dites

Y’en a des choses qui existent.

 

Moi, je veux bien. Moi, je vous crois.

Mais faut vraiment avoir la Foi !

 

 

René de Obaldia    

 

Samson-et-Dalila-G.Moreau.1882jpg.jpg

... Et Samson ? Et Dalila ? ...

 

Gustave MOREAU

SAMSON et DALILA, 1882

 

 

 

milo-manara-17.jpg

 

 

... Où sont passées les Amazones

Qui n’avaient qu’un sein comme bouclier ? ...

 

Milo MANARA


 

 

René de Obaldia aujourd’hui dans un nonagénariat avancé à qui l’on demande  - Quelle vitalité ! Comment faites-vous ? 
répond :

 

« On me dit souvent que je fais plus jeune que mon âge. Je réponds toujours que c'est parce que je n'ai jamais eu la notion du temps. »

 

obaldia1photolot1.jpg

 

 

Textes déjà publiés : ici

 

 


 

René de Obaldia est né le 22 octobre 1918 à Hong-Kong. Il fait ses études à Paris au lycée Condorcet avant d'être mobilisé en 1940. Fait prisonnier, il est envoyé dans un stalag en Silésie. Il est rapatrié comme grand malade en 1944. En 1952, il publie Les richesses naturelles. Après un court passage comme directeur littéraire aux éditions Pierre Horay, il publie son premier roman, Tamerlan des coeurs (1956). Suivront deux récits: Fugue à Waterloo et La passion d'Emile, et un deuxième roman, Le centenaire, «épopée de la mémoire» (1960). Sa carrière de dramaturge commence grâce à Jean Vilar, qui donne Génousie au TNP. Parmi les honneurs dont est ponctuée la carrière de René de Obaldia: le prix de la Critique dramatique pour Génousie (1960) et le grand prix de la poésie de la SACEM pour Innocentines (1988). René de Obaldia a été élu à l'Académie française le 24 juin 1999, au fauteuil de Julien Green.




Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 02/04/2013 17:31


 


Ajout :


Spectacle-hommage à
René de Obaldia, le 15 avril 2013Imaginé par Olivier Barrot avec la complicité de Jean-Michel Ribes.

Poète, romancier et dramaturge français, membre de l’Académie française, René de Obaldia est un «inventeur du langage» dont les textes sont empreints d’humour fantastique, de fantaisie et
d’imagination. Un spectacle-hommage imaginé par Olivier Barrot avec la complicité scénique de Jean-Michel Ribes, une cure de jouvence administrée par un presque
centenaire.


 



Nuageneuf 02/04/2013 17:28


 


Chère Célestine,


 


Ca risque de ne pas être facile d'expliquer aux écoliers toutes les allusions historiques de de Obaldia, homme merveilleux s'il en est, prochainement sur scène à
Paris, (malheureusement au théâtre de Rond Point où sévit le grassouillet et suffisant et si boursoufflé de lui-même Jean-Miche Ribes... mais bon, je m'égare...)


 


Moi, je veux bien.
Moi, je vous crois.


Mais faut vraiment avoir la Foi !
 

 



Stella No. 01/04/2013 11:43


J'adore ce poème!!!


A la fois drôle et à la fois triste, je trouve... On en perd des choses en "grandissant".

Celestine 01/04/2013 01:21


Voila encore un poème que je lirai à mes élèves, histoire de leur faire réviser leurs leçons d'histoire...

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages