Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 07:15

 

 

Si le poète se décourageait

 


Si le poète se décourageait,

les feuilles tomberaient des arbres -

et leurs branches prendraient

le profil de potences.

Si le poète se décourageait,

les femmes enceintes

ne donneraient plus la vie,

ne donneraient plus jamais la vie.

Mais de grâce et de misère, le poète,

de grâce et de misère,

meurt toujours, toujours,

avant de se décourager.

 

 

 

 

Nichita Stănescu

(1933–1983)

Art poétique (Artă poetică)

Traduit du roumain par Jan H. Mysjkin

 

 

 

 

Nichita Stănescu est né le 31 mars 1933 à Ploieşti, d’une mère russe et d’un père roumain ; il meurt, peu après son cinquantième anniversaire, à Bucarest, le 13 décembre 1983. Il a été proposé à deux reprises, en 1978 et 1980, pour le prix Nobel de Littérature.

 

Nichita-Stanescu.jpg

 

Il est l’auteur d’une vingtaine de recueils de poésie ainsi que de nombreux articles et textes en prose de caractère théorique, regroupés par lui peu avant sa mort mais publiés effectivement seulement après décembre 1989, sous le titre La Physiologie de la Poésie.

 

 

N.de-Stael.-Oiseaux-en-vol-1951.jpeg

Nicolas de STAEL

Oiseaux en vol, 1951

 

 

 

N-de-Stael.-Nature-morte-au-marteau-1954.jpeg

Nicolas de STAEL

Nature morte au marteau, 1954


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans poésies étrangères
commenter cet article

commentaires

Celestine 10/02/2013 15:25


Sublime poème sur la mission du poète. Mourir avant de se décourager. Tout est dit.


Merci pour ces mots qui résonnent dans ma tête comme une sonate, bien longtemps après le tintement de la dernière note.

Nuageneuf 10/02/2013 10:41


 


Cher Endeuxmots,


 


Le poème très puissant de Stanescu m'incline à lire votre "Envers et contre tout" En vers...et contre tout, si vous voulez bien.


Vous trouvez par ailleurs évidente l'association du poète à de Stael. Cela me réjouit. Car c'est relativement inexplicable cette inclination qui consiste à associer de la sorte. Mystères des
émotions, plus mystérieuses encore lorsqu'elles sont si incidemment partagées !


 


Pour Max Jacob, on avait tenté d'expliquer un peu son parcours dans un article comme suit


Note sur
l'évènement essentiel qui marque l'existence du poète :



En 1909, l’image du
Christ apparaît sur le mur de sa chambre. Il se convertit au catholicisme. « Il y avait sur mon mur un Hôte », écrit-il. Il est baptisé le 18 février 1915 à Paris, son parrain est Picasso.


 


Dans ses cahiers,


a) il note le 15 mai 1924 : « Le grand événement de ma vie fut ma
conversion au cath. à la suite d'une apparition le 2 Oct. 1909. La bénédiction de Dieu a fécondé une vie stérile & pénible jusque-là: j'avais 33 ans."


b) et aussi : « [...]
l'apparition, en Sept. 1909, révolutionna mon corps, mon âme & ma vie, je vis un ange dans un paysage que j'avais jadis dessiné & peint ».


c) et aussi : « Je vous ai souvent
écrit de cette apparition divine qui est à l'origine & la cause de ma conversion à la religion cath. Pourquoi spécialement la rel. cath. & non une piété juive selon ma race? 1. parce que
le personnage qui me visita comme je l'ai raconté dans la DT me semble être le Christ lui-même & que si les personnes compétentes en ces matières mystiques m'ont détrompé, m'affirmant que le
Seigneur n'a jamais été vu de personne depuis son Ascension, du moins le dit personnage me parut nettement christique. 2. parce que j'ai été élevé de telle sorte que la religion juive ne m'a
jamais été une rel., alors que ma Bretagne natale m'offrait à tous instants l'idée que la seule rel. était la cath. D'ailleurs je n'ai pas raisonné! un élan m'a porté vers le Christ. Je n'insiste
pas. »


 


On pourra relire le poème de Jacob, Amour du
prochain, ici.


(publié sur Nuageneuf le 27 novembre 2011)


 



endeuxmots 10/02/2013 09:50


Mystérieuse force qui chaque matin nous pousse à écarter les rideaux pour y voir comment est le ciel. Envers et contre tout. 


Evidente l'association du poème avec l'oeuvre de Nicolas de Stael.


Mystérieuse alchimie de l'inconscient.


"Le mystère est dans cette vie, la réalité dans l'autre." Max Jacob - Le coq et la perle.

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages