Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 05:21

 

 

 

 

 

"Aimer les mots. Aimer un mot, le répéter, s'en gargariser.

Comme un peintre aime une ligne, une forme, une couleur." 

Max Jacob.

 

 

 

 

 

un_petit_coin_de_parapluie.jpg

 

 

 

 

 

La pluie

 


 

Monsieur Youssouf a oublié son parapluie

Monsieur Youssouf a perdu son parapluie

Madame Youssouf, on lui a volé son parapluie

Il y avait une pomme d'ivoire à son parapluie

Ce qui m'est entré dans l'oeil c'est le bout du parapluie

Est-ce que je n'ai pas laissé mon parapluie

Hier soir dans votre porte-parapluies

Il faudra que j'achète un parapluie

Moi je ne me sers jamais de parapluie

J'ai un cache poussière avec un capuchon pour la pluie 

 

 

 

 

 

Max Jacob

 

 

 

 

 

Paul Eluard

"Max Jacob assassiné"

Article publié peu après sa mort

 

 

« Après Saint-Pol-Roux, Max Jacob vient d'être assassiné par les nazis. Comme Saint-Pol-Roux, Max Jacob a eu contre lui son innocence, innocence : la candeur, la légèreté, la grâce du coeur et de l'esprit, la confiance et la foi. La plus vivace intelligence, la véritable honnêteté intellectuelle. Il était, avec Saint-Pol-Roux, un de nos plus grands poètes.

Né le 11 juillet 1876, à Quimper-Corentin, Max Jacob, qui vint de bonne heure se fixer à Paris, s'était lié avec les poètes et les peintres les plus ardents et les plus audacieux de notre temps. On a pu dire de lui qu'il fut non seulement poète et peintre, mais précurseur et prophète : son œuvre si diverse, où l'ironie laisse toujours transparaitre la plus chaude tendresse et la sensibilité la plus fine, marque une véritable date dans la poésie française. Depuis Aloysius Bertrand, Baudelaire et Rimbaud, nul plus que lui n'avait ouvert à la prose française toutes les portes de la poésie. Entre les poèmes en prose du Cornet à dés et les poèmes en vers du Laboratoire Central, entre les Œuvres Mystiques et Burlesques du frère Matorel et Le Terrain Bouchaballe, la poésie occupe le domaine entier de la vie parlée, dans la réalité, et en rêve. »  Paul Eluard

 

 

 

 

260px-ChristopherWoodPortraitofMaxJacob1930.jpg

Christopher WOOD

Max JacoB, 1929

musée des Beaux-Arts de Quimper

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 05/10/2013 18:52


Bonjour et bienvenue icilondres,


 


Merci d'avoir choisi d'écrire ces mots si directs, forts et émouvants.

icilondres 05/10/2013 16:18


Tous ceux qui gardent en mémoire Max Jacob ou Robert Desnos sont pour moi des gardiens de lumière...la lumière qui ne doit jamais s'éteindre sous peine...et la peine est déjà assez immense comme
cela.


Merci.

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages