Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 10:47

 

 

 

 

ERNST-1926.jpg

 

      La Vierge corrigeant l’Enfant-Jésus.

Max Ernst, 1926      

 

« De même que le rôle du poète, depuis la célèbre Lettre du voyant de Rimbaud, consiste à écrire sous la dictée ce qui se pense (s'articule) en lui, le rôle du peintre est de cerner et de projeter ce qui se voit en lui. »

Max Ernst.

 


Proche du mouvement Dada depuis 1916, Max Ernst rejoint ensuite le groupe surréaliste. Breton et Eluard sont les faux témoins de cette scène, car seul Ernst regarde. Inspiré de la Vierge au long cou, 1535, du Parmigiano, cette œuvre anticléricale, de facture presque académique, est liée au surréalisme mais également à un souvenir d'enfance.

 

La Vierge, d'allure masculine et autoritaire, renvoie aux relations complexes de Max Ernst avec son père, qui était artiste.

L'identification à l'enfant Jésus, confirmée par la présence de la signature dans l'auréole, tombée à terre, fait référence au jeune Ernst, qui à sept ans s'était échappé de chez lui en chemise de nuit et était apparu à des passants comme l'«Enfant-Jésus». Son père, une fois sa colère passée, avait ensuite peint son fils sous les traits de celui-ci.

 

 

 

Max Ernst a peint cette “provocation” et les deux personnages qu’il représente derrière la petite fenêtre sont ses amis André Breton et Paul Éluard. Comme les autres surréalistes qu’étaient Magritte, Miro ou Dali, il imaginait déjà un monde plus vivant, plus humain, dont commençait à rêver une société qui refusait de se figer dans une pensée unique.

Et si Marie ne ressemble pas du tout aux incroyables statues douceâtres et asexuées de nos églises, elle est une mère vivante et passionnée. Elle a gardé son auréole, mais elle est vêtue d’un corsage rouge violent que le vert de sa jupe fait encore ressortir et, assise de biais sur un cube de pierre, la main qu’elle lève est puissante et redoutable.

Max Ernst les a représentés dans la chaude lumière d’un soleil méditerranéen, dans le feu de couleurs vives : souffrance et difficulté de l’existence ; enthousiasme aussi. Inquiétude et insatisfaction. Courage, force, douleur, lutte de la vie.

Alors tant pis si des théologiens (trop) bien pensants, dans leurs vieux livres poussiéreux, clament qu’il convient de penser autrement. Qu’on se rassure : Jésus se relèvera de sa fessée, il remettra son auréole, sa mère le consolera avec affection et tendresse et tout ira bien dans le meilleur des mondes possibles, comme le dit Pangloss à Candide, dans les dernières lignes du Candide ou l'Optimiste.

 

 

 

« Toute la petite société entra dans ce louable dessein; chacun se mit à exercer ses talents. La petite terre rapporta beaucoup. Cunégonde était à la vérité bien laide; mais elle devint une excellente pâtissière; Paquette broda; la vieille eut soin du linge. Il n’y eut pas jusqu’à frère Giroflée qui ne rendît service; il fut un très bon menuisier, et même devint honnête homme; et Pangloss disait quelquefois à Candide:

 

« Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles; car enfin, si vous n’aviez pas été chassé d’un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l’amour de Mlle Cunégonde, si vous n’aviez pas été mis à l’Inquisition, si vous n’aviez pas couru l’Amérique à pied, si vous n’aviez pas donné un bon coup d’épée au baron, si vous n’aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d’Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches.

 

— Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin."

VOLTAIRE

Le Candide ou l'Optimiste

 

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 16/08/2013 10:15


 


Bonjour Jacques,


 


Merci pour ce complément d'éclairage avisé. Le poème que vous faites découvrir est empli d'une humilité rassurante. On y respire l'iode à plein poumon. 


 


                  *                       *              
              *


"Notre Dame des Airs, Notre Dame du Fond des âges, Notre Dame du flux et du reflux, Notre Dame des Dunes..." mais dites-moi, quel beau catalogue
(!) 


 


 


 


 

Jacques 15/08/2013 14:45


En contre-point à cette toile extraordinaire et peu connue, une prière, quasi universelle, qui parait surgir de la nuit des temps, des temps où l'on invoquait la Terre-Mère, et qu'un inconnu a
déposée à la chapelle de la Redoute (Aux Portes en Ré) :


 


"Notre Dame des airs


L'air léger du matin


Emplit nos poumons de plein air


Avant qu'à jamais ne nous manque le souffle (...)


 


Notre Dame du Fond des âges


Prends pitié de nous qui sommes de passage


 


Notre Dame du flux et du reflux


Marche avec nous


Avant que ne s'éfface la trace de nos pas


 


Notre Dame des Dunes


Apaise nos soucis


Et guérit nos blessures


Avant que nous ne disparaissions


Dans les sables des temps "


 



Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages