Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 12:12

La fête de Hanouka commence ce soir.

Pour les juifs, Hanouka est la fête des lumières.

La pratique la plus célèbre liée à cette fête est l'allumage de huit bougies.

 

 hanouca.jpg

Illustration : une ménorah (un chandelier) avec ses bougies allumées.


 

La musique klezmer est une musique traditionnelle chère aux ashkénazes, venue des confins de la mémoire et essentiellement chantée en yiddish. On y évoque les tragédies mais aussi et surtout les joies et souvent la mère y représente un acteur primordial de la transmission du savoir dans la culture ashkénaze (A Yiddishe Mame).

 

 

Le clarinettiste juif new-yorkais est devenu le pape de la musique klezmer et l’un de ses réformateurs les plus virtuoses. Avec sa clarinette, David Krakauer s'est distingué en interprétant Brahms, Bartok, Schoenberg ou Bério (devant le maître lui-même) mais, comme de nombreux musiciens juifs américains, il s’est pris de passion pour les vieux airs venus d’Europe de l’Est.

Filmé à la Cité de la Musique, Paris.


 

Un peu d'explications sur HANOUKA

 

Pour les juifs, Hanouka est la fête des lumières. La pratique la plus célèbre liée à cette fête est l'allumage de huit bougies, qui a lieu chaque soir de la fête dans chaque foyer, en mémoire de cette fiole d'huile pure, retrouvée prodigieusement après la victoire du peuple juif contre les grecs, et dont l'huile a brûlé miraculeusement pendant huit jours, temps nécessaire pour fabriquer une nouvelle huile. L'allumage de la première bougie a donc lieu ce mercredi soir et ainsi de suite chaque soir, de droite à gauche, jusqu’à la huitième bougie. 

 

 

HANOUCCAH.jpg

 

 

Un peu d'histoire :    

Le Talmud rapporte que les grecs avaient souillé intentionnellement et systématiquement l'huile destinée  à l'allumage de la ménorah. Ils ne l'ont ni utilisée, ni détruite. Quelle était donc réellement leur intention ?

Pour comprendre ceci, il faut avant tout saisir la nature du conflit entre les juifs et les grecs. Les grecs ne désiraient pas la destruction physique des peuples conquis, mais voulaient les assimiler à leur culture. Ils n'interdisaient pas la pratique de la Torah, dont ils aimaient la sagesse et la beauté, mais ils la refusaient en tant que révélation divine transcendante. Ce principe était contraire à leur philosophie.

On comprend ainsi qu'ils désiraient que l'huile soit souillée. Ils signifiaient ainsi leur volonté que la lumière de la ménorah, symbole de la lumière de la Torah, ne relève pas d'une pureté spirituelle mais simplement du domaine humain.



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans billets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages