Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 06:14

 

 

 

Amis poètes, bonjour !


 

L'aphorisme bien connu de Michel Audiard fait chaque jour qui passe un peu plus d'émules chez les "Pourtousses"...

 

 

 


F.barjot.jpg

 

 

 

 

 


 

Changement de registre. Quand nos voisins savent, avec beaucoup de tact, nous moquer !

 

 

Débat VIP et mariage pour tous

Publié le 28/1/2013 par Charline Vanhoenacker  pour le quotidien belge Le Soir. 

 

 

RondPoint.jpg

Madame Trierweiler et 'l’élégant, l’élégantissime, le dandy, le très distingué, le Brummell Jean-Michel Ribes

 

 

 

Au bout de la quatrième manif, deux contre, deux pour le « mariage pour tous » (entendez « mariage homo », qui ne veut pas dire son nom en France), je me suis dit que ce débat au Théâtre du Rond-Point allait permettre de rafraîchir le sujet, de proposer aux auditeurs un angle plus original que les pavés, les slogans désormais pré-fabriqués sur internet et les pains merguez brûlées à 5 euros place d’Italie.

Cocotte, n’oublie pas que tu ne bosses ni pour TF1 ni pour Europe 1, et que ta radio a beau s’appeler La Première (RTBF), si t’es pas numéro un, t’as intérêt à t’accréditer en bonne et due forme pour pénétrer le cœur de l’événement parisien. Après deux échanges de SMS et deux échanges de mails avec un responsable de l’organisation, je pensais donc détenir un sésame pour cette manif en fauteuil de velours.

« Vous n’êtes pas sur ma liste. » Je dégaine mon smartphone pour attester des mails et SMS (j’habite au pays où une facture EDF glissée dans mon portefeuille permet de prouver mon domicile.) Je dois attendre 20h, début du spectacle (ah pardon, du «débat»), pour savoir si j’ai une place. Après avoir battu le pavé tout l’après-midi pour mes reportages, t’as raison, je vais attendre sagement de me faire jeter alors que je viens de retraverser Paris.

Pendant ce temps, je tente de glaner quelques propos à mon micro. A l’entrée du théâtre, deux nuées de photographes et de caméras estampillées « people » s’excitent sur un type le bonnet enfoncé sur les yeux, un artiste que je n’ai toujours pas identifié à ce jour.

Je dois être totalement has never been, puisque mon objectif était notamment de tendre mon micro à Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, historienne et chercheuse au CNRS, dont l’analyse du « mariage pour tous en France » est parmi les plus pertinentes. Si je la croise, j’ai un boulevard, un tapis rouge à moi toute seule, puisque 90% des médias se jettent sur Laurence Ferrari (qui présente le « débat »), Audrey Pulvar, Charles Berling, Emma de Caunes, Lara Fabian (eh ouais…), etc. C’est le Festival de Cannes en hiver, le débat pas du tout pour tous, étant donné que Dailymotion est le seul vecteur qui permet de démocratiser le débat.

« Les radios ! Les radios ! » Oui, ici, la RTBF ! « Non, pas vous ! » Comment ça pas moi ? « Ben oui, les radios quoi, Europe 1… » Et là, je me surprends à devoir me la péter Parisienne vexée : « Dites-donc, la RTBF c’est une radio nâââtionale tout de même ! » J’ai eu le temps de poster deux tweets vengeurs avant de voir une main tendue avec un billet d’entrée.

Ca valait la peine de faire tout ce foin, alors que sur la rangée de 20 sièges réservés aux radios, 4 sont occupés : RFI, France Info, Europe 1 et la RTBF. Les 90% de confrères restants sont partis ou campent à l’entrée en attendant de flasher la sortie.

Je reste perplexe devant ce « débat » où les intellectuels ont 2 minutes chrono pour s’exprimer ; où on a vu des duos inédits style Mathieu Boogaerts et Emma de Caunes sans devoir « Taper 1 » ; un ministre de l’Intérieur venu faire une lecture ; BHL se prendre un four quand il est arrivé sur scène (j’ai cru que mon enregistreur avait planté, mais non, c’était un silence de stupéfaction dans la salle, tant le philosophe s’est discrédité ces derniers temps) ; et les fous rires dissimulés lorsque, dans ce rassemblement de la crème de la crème de la Rive gauche, Lara Fabian a débarqué avec ce très délicat « Je suis là parce que moi aussi j’ai des amis homos… »

L’heure avançant et le montage d’un reportage ne se faisant pas tout seul, je quitte la salle en même temps que mes confrères. Et je suis d’autant plus perplexe que, par souci de monter un joli reportage bien mixé, j’ai raté LE moment intéressant de la soirée : la prestation de Juliette Gréco.

Maintenant, une question : pourquoi les Français, si soucieux de briller hors de leurs frontières, font-ils passer les médias étrangers (qui ont la courtoisie et la curiosité de s’intéresser à eux) pour des médias de seconde zone ?

©RTBF & Lesoir.be

 

 

 

ribes-valls-paris.jpg

 

 

 


 

 

On terminera par ce très court billet du brillant

Patrick MANDON

qui clôt magistralement le ban.

 

 

 

 

Combien étaient-ils, hier ? Un million ? Deux millions ? Cinq millions ? Les services de la préfecture de police, augmentés de ceux de la propagande festive, ne finissent pas de les compter. Enfin, ils furent innombrables. Parmi eux, se trouvait Mme Duflot, ministre des appartements illégalement vides et des locaux ecclésiastiques scandaleusement inoccupés, dont la voix haut perchée et le débit torrentiel lui mériteraient le surnom de « vain clairon »… On vit aussi Roselyne Bachelot, passée du virus H1N1 à la grippe LVMH, qu’on attrape, en hiver, dans les rangs mondains des défilés de gauche et sur les plateaux déserts des émissions de télévision sans public. Le maire de Paris était là, ainsi que M. Désir (sans avenir), gérant d’immeuble rue de Solférino.

 

Les happy few, parmi lesquels Mme Trierweiler, redoutée compagne du président de la République, se sont retrouvés au rond-point des Champs-Élysées, dans le théâtre administré par Jean-Michel Ribes, qui entretint sans se lasser, et au péril de sa barbiche, l’esprit de résistance sous Sarkozy.

Il y eut des saynètes navrantes, indignes d’un patronage d’arrondissement, des chants de révolte infantiles, des artistes français ennuyeux, des déclarations inutiles 1 , des postures ridicules, et quelques témoignages émouvants (un Égyptien, une Camerounaise).

Nous partîmes avant la fin : nous ne savons pas si la salle reprit en chœur une chanson du groupe américain The Mama’s & the Papa’s …

 

©Patrick Mandon.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans billets
commenter cet article

commentaires

endeuxmots 31/01/2013 13:58


Ces parties de "pourtous" c'est vraiment la chienlit ! 


Heureusement que nos journalistes ont la plume si leste que nous en ricanons d'aise.


Louange à Beaumarchais : "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur"

Axel 31/01/2013 10:46


A la vérité nous sommes cernés par les cons – et le pire c’est que c’est contagieux…

Aussi, plutôt donc que les pathétiques slogans des deux camps (et de rentrer dans une polémique stérile), voici un petit lien vers des slogans  plutôt réussis  ( à chacun d’en juger)
:
-    Certes il y a davantage d’affiches des pro mariages pour tous…


Liens vers les slogans



Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages