Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 10:07

 

 

 

 

Bleu de bleu

 

Quand j’ai besoin de bleu,

Quand j’ai besoin, de bleu, de bleu,

De bleu de mer et d’outre-mer,

De bleu de ciel et d’outre-ciel,

De bleu marin, de bleu céleste ;


Quand j’ai besoin profond,

Quand j’ai besoin altier,

Quand j’ai besoin d’envol,

Quand j’ai besoin de nage,

Et de plonger en ciel,

Et de voler sous l’eau ;


Quand j’ai besoin de bleu

Pour l’âme et le visage,

Pour tout le corps laver,

Pour ondoyer le cœur ;


Quand j’ai besoin de bleu

Pour mon éternité,

Pour déborder ma vie,

Pour aller au-delà

Rassurer ma terreur

Pour savoir qu’au-delà

Tout reprend de plus belle ;


Quand j’ai besoin de bleu,

L’hiver,

Quand j’ai besoin de bleu,

La nuit

J’ai recours à tes yeux.

 

 

Jean MOGIN

La Belle Alliance.

 

 

Jean Mogin (né en 1921). Poète, dramaturge, homme de radio, sa première pièce, A chacun selon sa faim, créée en 1950 au Vieux-Colombier, fut une révélation. Sa poésie est pure, dépouillée.

 

 

 

Renoir.Jeune-fille-au-ruban-bleu.jpeg

 

Jeune fille au ruban bleu*

 

 

renoir.La-petite-fille-au-ruban-bleu-irene-cahen-danvers.12.jpg

La petite fille au ruban bleu*

 

 

A propos de La petite fille au ruban bleu, voici un texte en forme d'hommage d'Henri MICHAUX :

 

"Dans le visage de la jeune fille est inscrite la civilisation où elle naquit. Elle s'y juge, satisfaite ou non, avec ses caractères propres. Le pays s'y juge encore plus, et si l'eau y est saine, légère, convenablement minéralisée, ce qu'y valent la lumière, le manger, le mode de vie, le système social...Le visage des filles, c'est l'étoffe de la race même, plus que le visage des garçons...Le visage est leur oeuvre d'art, leur inconsciente et pourtant fidèle traduction d'un monde...visages mystérieux portés par la marée des ancêtres... visage de la jeune fille à qui on n'a pas encore volé son ciel... visage musical qu'une lampe intérieure compose plus que ses traits et dont le visage de madone serait l'heureux aboutissement."

Henri MICHAUX 

 

 

* Bien entendu, les toiles sont de Pierre-Auguste RENOIR.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

nuageneuf 24/10/2012 17:40


 


Chère Virginie,


 


Merci pour vos précisions. Eugène Delacroix semble avoir peint cette toile intitulée "Autoportrait supposé" en 1816 ! Il avait 18 ans ! C'est stupéfiant : comme on
est sérieux quand on a 18 ans !


 


De fait, je n'ai pas fait le rapprochement adéquat. J'évoquai le bleu du poème délicat de Jean MOGIN quand vous répondiez à l'appréciation de MICHAUX. Ne pouvant une
fois encore illustrer avec KLEIN, DE STAELou paradoxalement avec SOULAGES, je choisis RENOIR plus pour MICHAUX que pour RENOIR...Mais cela est une autre histoire, non ?


 


Je vous avoue que je dois avoir une "araignée dans la tête", comme on dit...Amitiés !



Le chêne parlant 24/10/2012 16:59


Cher Nuage, cet autoportrait de Delacroix n'exprime pas la peur mais le sublime.


Il nous raconte le beau qu'il s'est forgé lui-même.


 

nuageneuf 24/10/2012 16:14


 


Vous me montrez la terreur, chère Virginie, quand je tente vous faire entrevoir le bleu du fond des yeux, le
bleu du bonheur ! 


 


Tagada, tagada, voilà les dalton..iens !





 


 

Le chêne parlant 24/10/2012 16:05


Celui-ci est bien plus puissant, me semble-t-il,


mais mon regard – cher Nuage - est sûrement différent...



Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages