Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:00

 

 

 

 

…Un des rares poèmes de Victor HUGO dans Les Contemplations où le deuil et la douleur ne sont pas exprimés.

 

 

 

 

 

Elle était déchaussée, elle était décoiffée...

 

 

 

 

Elle était déchaussée, elle était décoiffée,

Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants ;

Moi qui passais par là, je crus voir une fée,

Et je lui dis : Veux-tu t'en venir dans les champs ?

 

Elle me regarda de ce regard suprême

Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,

Et je lui dis : Veux-tu, c'est le mois où l'on aime,

Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ?

 

Elle essuya ses pieds à l'herbe de la rive ;

Elle me regarda pour la seconde fois,

Et la belle folâtre alors devint pensive.

Oh ! comme les oiseaux chantaient au fond des bois !

 

Comme l'eau caressait doucement le rivage !

Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,

La belle fille heureuse, effarée et sauvage,

Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.

 

 

 

Victor HUGO

Les Contemplations

 juin 1856

 

 

 

marilyn.jpg

 

 

...La belle fille heureuse, effarée et sauvage,

Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans HUGO Victor
commenter cet article

commentaires

catherine 22/12/2013 18:19


Il se console sans doute, avec cette belle fille, de Rose, de "son petit pied dans l'eau pure", quand il ne vit pas son pied nu.


Pour ceux qui aiment Julos Beaucarne et les regrets, "Je ne songeais pas à Rose" :


http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=22gRr_6T768


Personnellement je ne m'en lasse pas,


Catherine

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages