Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 05:07

 

 

 

 

La chaleur de son corps

 

Je rêvais appuyé sur une table, lorsqu’elle vint par derrière et me prit dans ses bras.

La chaleur de son ventre sur mes reins, le moelleux de ses seins contre mon dos, le désir de ses mains sur ma poitrine m’envahirent.

Son souffle s’effilait sur ma nuque. Son cœur résonnait et se confondait avec le mien.

Nos corps devinrent vivants.

Bien plus tard, alors que le travail me harcelait, que la ville me piégeait et que la fatigue s’épanouissait comme une ivresse, je sentais encore son corps moulé au mien.

Cela me réchauffait sous la pluie comme un soleil posé sur mon dos. 


Gabriel COUSIN
Ces poèmes extraits de divers recueils sont inclus dans l'anthologie Dérober le feu

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans COUSIN Gabriel
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 10/04/2013 16:56


 


Chers Célestine et Cédric,


 


La métaphore de Célestine "épouse" (!) harmonieusement le texte très 'vert-meil' de Cousin.


On rappellera que ce poète (1918-2010) est entré comme travailleur en usine vers les 13/14 ans puis entama une carrière sportive - de mémoire - que la guerre
interrompit. Et ce sont des circonstances de rencontres qui lui permirent de s'initier à la littérature. Je l'ai découvert à sa mort, en 2010, et ai commencé alors à publier quelque
poèmes. 


Déja publié de COUSIN : CLIC-CLIC


 


 

Celestine 09/04/2013 23:22


Rien de plus agréable, le temps d'une étreinte, que d'imaginer cet homme et cette femme  transformés en petites cuillères d'argent dans un écrin de velours rouge, si j'ose cette métaphore
vaisselière...

Cédric 09/04/2013 15:15


Très joli !

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages