Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 06:18

 

 

 

Terminé pour cette année, le Printemps des Poètes. N'empêche !...

 

- 3 -    

 

 

Printemps

 

Dans l'enclos campagnard où sèche la lessive,

La rivière entraîne le ciel à la dérive

Et le vent est chargé d'une odeur de lilas.

La terre exhale une senteur de terreau gras

Dont s'imprègnent les draps grenus, râpeux et rudes

Que la servante épaisse, aux lentes attitudes,

Recueillera, ce soir dans son panier d'osier.

Je songe au geste égal, rustique et familier

De cette femme, détachant comme des grappes

De fruits clairs, la blancheur ondoyante des nappes,

Qui claquent comme un vol de colombes, soudain

Et se déploient - halo vivant - par ce jardin

En frappant le silence inconnu d'un bruit d'ailes.

Ô rumeurs, vous flottez aux courbes des tonnelles,

Vous emplissez l'enclos paisible et la maison

Savoure la voluptueuse pâmoison

De se sentir ainsi bercée à vos murmures :

Débordez maintenant dans les chambres obscures,

Et vous reconnaîtrez, dans l'ombre, chaque fois,

L'écho mystérieux qui double votre voix.

 

Francis Carco

La Bohème et mon cœur, 1913

 

 

l-eternel-printemps.Rodin-1886.jpg

 

Auguste RODIN

L'éternel printemps, 1886 

 

 

 

Le-printemps.-C.Monet-1886JPG.JPG

Claude MONET

Le printemps, 1886

Avant les transformations qui en feront un parterre fleuri, le jardin de la propriété de Claude Monet, le Pressoir, était en grande partie constitué par un verger. Au premier plan, le modèle préféré de l'artiste, Suzanne Hoschedé, (peut-être accompagnée ici de Jean Monet en costume blanc ?)

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

endeuxmots 22/03/2012 18:23


Il faut avoir vécu à la campagne pour percevoir la profonde sensualité que sous-entend  :


La terre exhale une senteur de terreau
gras


Dont s'imprègnent les draps grenus, râpeux et rudes


Que la servante épaisse, aux lentes attitudes,


Recueillera, ce soir dans son panier d'osier


Souvenirs sensuels. Reste la nostalgie de ces sensations fortes perçues parfois à un très jeune âge. Indélébiles émotions d'enfance. 


 

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages