Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 05:00

 

 

 

 

 

Mon âme a son secret

 

 

 


 

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,

Un amour éternel en un moment conçu :

Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,

Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

 

 

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,

Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.

Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,

N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

 

 

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,

Elle suit son chemin, distraite et sans entendre

Ce murmure d’amour élevé sur ses pas.

 

 

À l’austère devoir, pieusement fidèle,

Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle

"Quelle est donc cette femme ?" et ne comprendra pas.

 

 

 

Félix ARVERS


 

 

 


Alexis-Félix Arvers a vécu de 1806 à 1850. Ce seul sonnet l’a rendu célèbre. Ce timide personnage se serait consumé pour une femme mariée bien mystérieuse que les critiques désignent en général comme Marie Mennessier, la fille de Charles Nodier (dont on peut voir le portrait par Achille Devéria ci-dessous).


 

Marie-Mennessier-Nodier.jpg

 

Marie Mennessier-Nodier

Portrait de Marie Mennessier-Nodier, inspiratrice du sonnet qui assura la gloire de Félix Arvers. Gravure extraite de l'Illustration de 1931 (volume 1, page 439). [Bibliothèque des Arts Décoratifs, Paris.]

Photo Jean-Loup Charmet © Archives Larbor

 

 

 

 

 

 

 

Dans son Journal, Jules RENARD note :

 

"En littérature, il avait assez de courage pour soutenir que le sonnet d'Arvers n'est pas un chef-d'oeuvre."

 

Journal, 1887-1892, daté de l'année 1887, (sans autre précision)    

 

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 07/10/2013 15:34


Bonjour Célestine,


 


Comme indiqué, cette femme serait Marie Menessier pour laquelle le poète se serait morfondu d'amour toute sa vie...


Rassurez-vous, je ne comprends pas plus que vous !


 


Mais le sonnet est beau, bien lissé, bien propre sur lui et hors le larmoiement qui en émane, il se lit avec plaisir.


 

Celestine 05/10/2013 22:06


Quelle est donc cette femme? Je ne comprends pas...

Nuageneuf 05/10/2013 19:08


Bonjour Christine,


 


Voilà qui est particulièrement bien tourné et sensible à souhait. Voyez dans ce poème Christine, ce "ma douce et tendre", ne parle t-il pas
à vous ou à toutes les lectrices des poètes ?...


 


Oui, la poésie est notre seul interlocuteur à jamais fidèle.


 

Christine 05/10/2013 14:18


on ne demande pas à la poésie d'être un chef d'oeuvre,


on lui demande de nous "parler"

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages