Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 09:00

 

 

 

 

 

 

 

Le Lait

 

 

 

Dans la cave très basse et très étroite, auprès

Du soupirail prenant le jour au Nord, les jarres

Laissaient se refroidir le lait en blanches mares

Dans les rouges rondeurs de leur ventre de grès.

 

 

 

Ou eût dit, à les voir dormir dans un coin sombre,

D'énormes nénuphars s'ouvrant par les flots lents,

Ou des mets protégés par des couvercles blancs

Qu'on réservait pour un repas d'anges, dans l'ombre.

 

 

 

Sur double rang étaient couchés les gros tonneaux.

Et les grands plats portant jambons et jambonneaux,

Et les boudins crevant leur peau, couleur de cierge,

 

 

 

Et les flans bruns, avec du sucre au long des bords,

Poussaient à des fureurs de ventres et de corps...

Mais en face, le lait restait froid, restait vierge.

 

 

 

Émile VERHAEREN   

1855-1916

      Les Flamandes, 1883


 

 

ivan05.jpg

création et photo @Ivan 

 

... Dans la cave très basse et très étroite, auprès

Du soupirail prenant le jour au Nord, ...

 

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 05/06/2014 13:56


Bonjour Jacques,


 


Heureusement, ce chatiment est réservé à la très germanique Coccinelle.

Jacques 05/06/2014 06:48


Grand Dyonisos !


Epargne nous ce cauchemar, cette épouvante : périr noyés dans une mer de lait !


 


 

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages