Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 10:08

 

 

 

 

 

max-ernst-au-rv-des-amis.jpg

 

Max Ernst 

Au rendez-vous des amis, 1922

 

Derrière, de gauche à droite : Soupault, Arp, Morise, Sanzio, Eluard, Aragon, Breton, Di Chirico, Gala Eluard.


Au premier plan : Crevel (assis, de dos), Ernst, Dostoïevski, Fraenkel, Paulhan, Péret, Baargeld, Desnos.

 

 

 

Leurs yeux toujours purs

 

 

 

Jours de lenteur, jours de pluie,

Jours de miroirs brisés et d’aiguilles perdues

Jours de paupières closes à l’horizon des mers,

D’heures toutes semblables, jours de captivité.

 

Mon esprit qui brillait encore sur les feuilles

Et les fleurs, mon esprit est nu comme l’amour,

L’aurore qu’il oublie lui fait baisser la tête

Et contempler son corps obéissant et vain.

 

Pourtant, j’ai vu les plus beaux yeux du monde,

Dieux d’argent qui tenaient des saphirs dans leurs mains,

De véritables dieux, des oiseaux dans la terre

Et dans l’eau, je les ai vus.

 

Leurs ailes sont les miennes, rien n’existe

Que leur vol qui secoue ma misère

Leur vol d’étoile et de lumière

Leur vol de terre, leur vol de pierre

Sur les flots de leurs ailes,

 

Ma pensée soutenue par la vie et la mort.

 

 

 

Paul Eluard 

Capitale de la douleur

1926

 

dali-gala.jpg

 

 

 

Ce poème est le 22ème des 45 poèmes de cette section. Eluard scande son désespoir après le départ de Gala, qui, "Avida Dollar", le quitte pour Salvador Dali.

 

 

 dali-gala1.jpg

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article

commentaires

Celestine 21/01/2014 22:45


J'aurais bien aimé être la maîtresse s'école qui pose sur cette photo de classe!

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages