Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 06:12

 

 

 

 

Merci à tous ceux qui se sont manifestés, le plus souvent par courriel, suite au témoignage de Nadia Moscovici. Dans Capitale de la douleur, Paul Eluard écrit : «  J’ai la beauté facile et c’est heureux. »Voici, choisi dans Le Phénix, le dernier recueil publié avant sa mort, un poème d’espoir :

 

 

Et un sourire

 

 

La nuit n'est jamais complète

Il y a toujours, puisque je le dis

Puisque je l'affirme

Au bout du chagrin

Une fenêtre ouverte

Une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille

Désir à combler, faim à satisfaire

Un coeur généreux

Une main tendue, une main ouverte

Des yeux attentifs

Une vie, la vie à se partager.

 

 

 

Paul Eluard

Le Phénix, 1951

 

 

 

Nadia-au-sourire-enjoue.Matisse-copie-1.JPG


Henri Matisse

Nadia au sourire enjoué, 1948

 

 

 

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans ELUARD Paul
commenter cet article

commentaires

Cédric 03/02/2012 15:52


sans but errant


ci est tombé


sans rapport pourtant


bien vous dirai


le plaisir d'avoir relu


ce texte rappelant


certains chers instants


déjà passés

Nuageneuf 01/02/2012 11:48


Bonjour Cédric, toutes vos phrases touchent toujours par leurs incomparables justesses. Merci. 

Cédric 01/02/2012 11:22


 


Le chagrin même est une fenêtre ouverte puisqu'il est une existence.

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages