Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 06:16

 

 

 

 

Le petit poème

 

 

Il faut caresser le petit poème

D'une main légère et qui pèse à peine,

Toujours dans le sens des plumes des ailes,

 

Pour l'apprivoiser, lui dire qu'on l'aime

Que le ciel immense est son vrai domaine,

Qu'il est tendre et beau, que la vie l'appelle...

 

Il hésite un peu, l'attente est si belle,

Il frémit encor, le désir l'entraîne

Et s'envole alors le petit poème.

 

 

Jacques CHARPENTREAU

 

 

 

Picasso--colombe.jpg

... Il hésite un peu, l'attente est si belle,

Il frémit encor, le désir l'entraîne

Et s'envole alors le petit poème.

 

* * *

 

 

La Colombe de la paix est un dessin sur affiche de Pablo Picasso réalisé en 1949.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Poèmes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 12/01/2013 15:59


 


Chère Célestine, (suite 2)


 


Et ici aussi ! Clic.

Nuageneuf 12/01/2013 15:55


 


Chère Célestine, (suite)


 


J'avais d'ailleurs interpellé monsieur Charpentreau... dans le billet qui suivait le poème L'Ecole ! Il y avait de quoi, non ? Clic


 


 

Nuageneuf 12/01/2013 15:48


 


Chère Célestine,


 


Excellent choix ! D'ailleurs, le poème de Charpentreau L'école a été publié dans ces pages en octobre 2011.


Le poème est illustré de toiles de Caillebotte. Et c'est ici. 


 


 

Celestine 11/01/2013 23:33


@Endeuxmots


je n'ai pas encore vu ce très beau film, mais je vais m'y précipiter incessamment.

Celestine 11/01/2013 23:32


L’école


 


 


      Dans notre ville il y a
Des tours, des maisons par milliers,
Du béton, des blocs, des quartiers,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
               Tout bas.


 


        Dans mon quartier il y a
Des boulevards, des avenues,
Des places, des ronds-points, des rues,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
               Tout bas.


 


          Dans notre rue il y a
Des autos, des gens qui s’affolent,
Un grand magasin, une école,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
               Tout bas.


 


        Dans cette école il y a
Des oiseaux chantant tout le jour
Dans les marronniers de la cour.
Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
                    Est là.


 


 


Voila le poème que j'aime faire aimer à mes élèves.

endeuxmots 11/01/2013 19:26


@Célestine


Etant à mes heures enseignant bénévole (enfants malades) , je suis très touché par votre commentaire. Combien de miracles se sont opérés dans un climat de douceur, de respect et de patience ? La
méthode du burin et du marteau est vraiment inopérante quoi qu'en pensent certains "responsables énergiques". (Ma fille m'a initié à la méthode Freynet)


Je suppose, Célestine, que vous avez découvert avec ravissement le merveilleux film d'animation "Ernest et Célestine". Si ce n'est pas le cas courez-y ! "Cours-y vite, cours-y vite, le bonheur
est dans le pré ..." 


Signé : Endeuxmots, honorable ami de Nuageneuf. 

Nuageneuf 11/01/2013 17:40


 


Bonjour Célestine,


 


Jacques Charpentreau est-il encore enseigné aux écoliers ? Ses poèmes contiennent une si délicate magie qu'ils ensorcellent de bonheur, non ?


 


 

Celestine 09/01/2013 23:29


Ce petit poème se comporte, ma foi, comme grand nombre de gens, qui ont besoin, pour s'envoler, de caresses et de mots d'amour...à commencer par les enfants, dont on obtent des miracles par la
douceur.


Et il est si vrai que l'amour donne des ailes...

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages