Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 06:07

 

Y'a des jours 
Où j'vois double
Y'a des jours
Où j'bois double
J'peux plus faire autre chose 
Que d'fumer des Gauloises roses
Des jours où dans mon lavabo
La mer est démontée
J'suis pas beau
Toi
T'es là
Au milieu d'mes jouets
J'trouve plus la clef pour t'remonter
T'en as assez
Tu veux plus d'ça
Tu veux plus d'moi
Quoi
Tu veux plus d'moi
Va
Tu peux m'quitter
Me casser
Me déchirer
Mettre la maison parterre
Couper tous mes arbres
Va
C'est tout d'ma faute
Courir avec les autres
Oui
Tu peux t'en aller
A l'autre bout d'la terre
Me laisser en larmes
Tu peux tout m'faire
Mais
Meurs pas
Meurs pas
T'entends
Meurs pas
Meurs pas
J'voudrais bien qu'tu comprennes
Sans pleurer
Sans crier
Y'a des jours
J'suis en peine
Quand mon piano
Me dit non
Et qu'mon encrier veut plus m'donner ses mots
J'suis là et supplie les f'nêtres
Toutes les fenêtres
Qu'elles me prêtent leurs oiseaux
Et j'tiens ma guitare par les hanches
Et j'vois la neige comme une page blanche
Je te vois
Toi
Qui n'veut plus d'moi
Va
Tu peux me quitter
Me casser
Me déchirer
Mettre la maison parterre
Couper tous mes arbres
Va
C'est tout d'ma faute
Courir avec les autres
Et tu peux t'en aller
A l'autre bout d'la terre
Et me laisser en larmes
Va
Tu peux tout me faire
Mais 
Meurs pas
Meurs pas
T'entends
Meurs pas
Non
Meurs pas
Va
Tu peux me laisser
J'sais plus faire une colombe
Si je bois je tombe
Va
J'ai tout mérité
Mais
Quand je te verrai
Toute petite
Sur ce train
Qu'on appelle l'horizon
Bouge ta main
Que j'vois bien
Qu'tu vis encore au fond de moi
Tu peux tout me faire
Tout me faire
Mais
Meurs pas
T'entends
Meurs pas
Meurs pas
Meurs pas.
CHARLEBOIS, 1981

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Chansons à Lyre
commenter cet article

commentaires

icilondres 01/11/2013 16:34


Chez vous, aujourd'hui, Nuageneuf, le silence est assourdissant.
C'est aussi le mien.
Mon amitié.


 


 

Max 01/11/2013 12:08


Charles BAUDELAIRE   (1821-1867)


Spleen : Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.


 


------------------


 


Y'a des jours sans...


 


Max

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages