Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 05:24

 

 

 

Les bons chiens

 

 

(…) Arrière la muse académique ! Je n'ai que faire de cette vieille bégueule. J'invoque la muse familière, la citadine, la vivante, pour qu'elle m'aide à chanter les bons chiens, les pauvres chiens, les chiens crottés, ceux-là que chacun écarte, comme pestiférés et pouilleux, excepté le pauvre dont ils sont les associés, et le poète qui les regarde d'un œil fraternel.

Fi du chien bellâtre, de ce fat quadrupède, danois, king-charles, carlin ou gredin, si enchanté de lui-même qu'il s'élance indiscrètement dans les jambes ou sur les genoux du visiteur, comme s'il était sûr de plaire, turbulent comme un enfant, sot comme une lorette, quelquefois hargneux et insolent comme un domestique ! Fi surtout de ces serpents à quatre pattes, frissonnants et désœuvrés, qu'on nomme levrettes, et qui ne logent même pas dans leur museau pointu assez de flair pour suivre la piste d'un ami, ni dans leur tête aplatie assez d'intelligence pour jouer au domino!


A la niche, tous ces fatigants parasites !

Qu'ils retournent à leur niche soyeuse et capitonnée. Je chante le chien crotté, le chien pauvre, le chien sans domicile, le chien flâneur, le chien saltimbanque, le chien dont l'instinct, comme celui du pauvre, du bohémien et de l'histrion, est merveilleusement aiguillonné par la nécessité, cette si bonne mère, cette vraie patronne des intelligences !


Je chante les chiens calamiteux, soit ceux qui errent solitaires, dans les ravines sinueuses des immenses villes, soit ceux qui ont dit à l'homme abandonné, avec des yeux clignotants et spirituels : « Prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons peut-être une espèce de bonheur !» (…)

 

 

 

Charles Baudelaire (1821-1867)


Petits poèmes en prose (1864) ,

extrait du poème Les Bons Chiens (extrait)

 

 

 

 

Sacha-jmd.jpg

« Prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons

peut-être une espèce de bonheur !»

 

DESCAMPS

Sans titre

 (Toile datée du 10 août 2012)

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans BAUDELAIRE Charles
commenter cet article

commentaires

Soluto 20/08/2012 23:36


Texte magnifique! Demain je file acheter un exemplaire des Petits poèmes en prose! (Je ne l'ai même jamais eu dans les mains celui-là...) Que voulez-vous, je ne suis pas encore arrivé à me lasser
du parfum vagueument nauséeux des Fleurs dont les beaux poèmes "parfaits", comme vous dites, me ravissent infiniment... Et toujours un grand bravo pour ces textes et ces auteurs que je trouve ou
retrouve chez vous avec bonheur... A force de passer sur vos pages, sans que vous disiez grand-chose de vous, par vos choix souverains, je crois parfois vous deviner... Merci...

nuageneuf 23/08/2012 14:23



Cher Soluto,


 


Vous ne serez pas déçu par les Petits poèmes et d'ailleurs, j'en ai pas mal en réserve pour des publications ultérieures. Quant aux Fleurs, ce
n'est pas au poète mais aux poèmes que j'en veux parfois, ils sont "trop", comme disent les jeunes ! "Trop tout". Et c'est cela qui parfois me glace. Le style des Petits poèmes me semble
plus accessible, Baudelaire y posant des vers en prose ; cela donne de l'humanité tout simplement.


 


-"Vous croyez parfois me deviner" dites-vous. Figurez-vous que c'est à l'identique de ce côté de l'écran. Ce n'est pas bien difficile, nous émanons du même creuset, celui des gentils, des simples
d'esprit ! Et c'est tant mieux.


 


 



endeuxmots 20/08/2012 17:55


Je me trouve en total accord avec votre commentaire ! 


J'avais en effet noué un lien très fort avec mon chien et le proverbe que vous citez se révèlais vrai tous les jours. 


Je partage 100% votre avis concernant Baudelaire.


Quant à la peinture, c'est un vrai bijou. Avec une grande économie de moyens , sur un petit format (à en juger par la trame) votre ami est parvenu à saisir une expression très
vivante et caractéristique de cette race de chiens : très attentif, affecteux, donnant toujours l'impression de vouloir bien faire !  Le pelage est rendu de manière parfaite : c'est la coupe
d'été qui vient d'être faite il y a peu. Le reflet dans l'oeil est l'élément essentiel.Tiens, c'est bizarre , je pense soudain à "La jeune fille à la perle" de Vermeer. Allez voir ... même
vie, même délicatesse. Merci Monsieur Descamps ! 

Nuageneuf 20/08/2012 16:13


C'est au très distingué Fernand GRAVEY, un de vos compatriotes que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître, qu'on attribue cet aphorisme :
" Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien. " 


 


Cela dt, le texte de Baudelaire a l'avantage d'être accessible (trop souvent ses poèmes parfaits me glacent) et la toile impromptue de mon ami DESCAMPS me plait
beaucoup : il a su y saisir l'œil vif et interrogateur de ce petit yorkshire à merveille, non ?

endeuxmots 20/08/2012 13:44


Voici un bel hommage qui conviendrait à mon chien Teddy. Il nous a quitté il y a quatre mois suite à une maladie impitoyable. Lui aussi, dans son chenil, parmi des dizaines de petits abandonnés,
avait su me séduire d'un regard plein de promesses. Nous avons partagé cinq belles années dans une complicité rare. Merci.


 

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages