Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 06:13

 

 

      Surligner : marquer un texte avec un surligneur


 

Aspirine (s.f) — Epouse d’un aspirant de marine.

Généralement très élégante, elle donne à la mode un caractère

très particulier, un cachet d’aspirine.

 

Petit dictionnaire des mots retrouvés.

Un canular de la Nouvelle Revue Française, 1938

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nuageneuf nuageneuf - dans Textes à Lyre
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 05/03/2014 15:14


Oui chère Christine, ce qui lui donne un peu l'air d'une oie.


 


Chers Jacques et Christine, on précisera que cette délicieuse définition est bien réelle; certes, nous n'en
connaissons pas l'auteur caché. Il n'empêche, à propos de la revue :





Après un «faux départ» en novembre 1908 sous la direction d’Eugène Montfort, le premier «vrai» numéro de La Nouvelle Revue
française paraît en février 1909.


La création de La NRF, «revue mensuelle de littérature et de critique», est due à un groupe de six écrivains dont André Gide
est, depuis le tournant du siècle, le chef de file. Elle connaîtra une audience exceptionnelle, renouvelant dans des sommaires équilibrés, tour à tour composés par Gide et le cercle des
fondateurs, puis par Jacques Rivière et Jean Paulhan, les perspectives du roman, du théâtre, de la critique et de la poésie contemporains. Toutes les grandes tendances et voix de
l’entre-deux-guerres y seront représentées, «sans prévention d’école ni de parti». De la revue naîtront en 1911 les Éditions de la NRF, placées sous la responsabilité de Gaston Gallimard, et dont
Paul Claudel, André Gide et Saint-John Perse seront les premiers auteurs. Après la période douloureuse de l’Occupation où, de 1940 à 1943, la direction officielle de la revue sera laissée à Drieu
la Rochelle afin de sauvegarder les Éditions du joug allemand, La NRF renaîtra en 1953, sous la double direction de Jean Paulhan et de Marcel Arland. La revue continuera à arpenter les terres
littéraires sous la vigilance de Georges Lambrichs, de Jacques Réda et de Michel Braudeau.


Si la diffusion de la revue n’est plus comparable à celle que pouvait avoir ce type de publications à l’époque de leur plus
forte audience, elle n’en reste pas moins, au sein d’un dispositif éditorial élargi, un support offert à la créativité littéraire et, surtout, l’un des rares lieux où peut s’exprimer une critique
libre, ample et profonde sur la littérature en train de se faire, en France comme à l’étranger.

Christine 03/03/2014 19:21


souvent prénommée Blanche

Jacques 20/02/2014 14:52


Et la femme d'un chasseur alpin ?


Une chasse à lapine...

Présentation

  • : nuageneuf.over-blog.com
  • : Poésie, Poésie pour enfant, Poésie pour la jeunesse, Textes classiques et modernes, Mémoire de la Shoah,
  • Contact

Recherche

Pages